À la Une

RESUME DE MON EXPERIENCE DANS LA VIE SAUVAGE

Cela fait 3 mois que le PCT est terminé puisque je suis arrivée au Canada le 23 septembre. Durant cette courte parenthèse je n’avais pas l’envie de faire le bilan sur cette expérience de vie sauvage, pas de réflexion possible, juste envie de me reposer.

Avec le recul, le PCT me saute à la figure trop souvent. J’interprète cela comme le signe qu’il me faut commencer à écrire ma réflexion. Il est donc temps maintenant de faire un petit bilan de ce voyage.


1ère partie

D’abord commençons par un bilan chiffré.

Sur les 2647 miles que contient le PCT je n’ai en réalité marché que 2159 miles.

En effet, il y a une partie de la Sierra Nevada en Californie Centrale que je n’ai pas parcourue, c’est à dire 229 miles. Pourquoi? Cela a été MA décision car cette partie du chemin était trop dangereuse pour moi, marcheuse aguerrie certes mais pas alpiniste chevronnée (merci de ce petit rappel Florence). La marche dans la neige était ma première expérience. De nombreux accidents ont eu lieu cette année à cause de la forte montée des eaux des rivières due à la fonte des neiges dans cette région d’altitude et sauvage. Malheureusement plusieurs décès sont à déplorés dans la Sierra Nevada dont mon amie Chinoise Tree qui marchait seule. Plusieurs hikers qui avaient marché déjà dans cette partie difficile m’avaient fortement déconseillé de continuer après Sonora Pass (je marchais à ce moment là dans le sens Nord-Sud). Etant donné que j’étais seule le franchissement des rivières me serait impossible et de toute façon trop risqué. Mon objectif était bien de rentrer en vie pour pouvoir vous raconter mon aventure et serrer mes proches dans mes bras.

Par la suite c’est en Oregon que les ennuis ont continué, bien malgré moi cette fois, du fait des nombreux incendies. Le PCT a été fermé sur plusieurs tronçons. Ainsi par 3 fois j’ai été obligé de quitter le chemin.

Cela fait donc un total de 259 miles non marchés.

Ainsi si je cumule les miles manquants cela fait 488 (229 + 259).

Sachant que 1 mile vaut 1.609 km si je fais le calcul suivant: 488 miles x 1.609 = 785 km, c’est donc le nombre de kilomètres manquants pour atteindre mon objectif.

4260 km – 785 km = 3475 km

En réalité j’ai donc marché 2159 miles ou 3475 kilomètres.

Dans ce calcul je ne compte pas les miles effectués à pied en-dehors du PCT, et pourtant il y en a.

Je suis donc frustrée de ne pas avoir atteint mon objectif. Je retournerai en Oregon puisque j’ai maintenant des amis Américains qui peuvent m’accueillir. Ainsi je pourrais retourner sur le PCT, notamment vers Crater Lake que je n’ai pas vu.

Puis pour combler ma frustration j’ai décidé de retourner en Sierra Nevada pour faire les 229 miles qu’il me manque. C’est une évidence pour moi, JE DOIS LE FAIRE!

Par contre je vais guetter l’année favorable pour y retourner c’est-à-dire une année où peu de neige sera tombée sur le massif. De plus, je choisirais d’y aller au mois d’août, ainsi le peu de neige qui y sera tombé aura fondu, les conditions seront donc favorables pour marcher. Les 229 miles seront possibles en à peu près 2 semaines. Je ne serai pas seule puisque Dom s’est proposé de m’accompagner.


dans l’état de Washington

2ème partie

Changer de vie, tout quitter, troquer mes certitudes contre un sac à dos et partir loin pour vivre LA grande aventure pendant plus de 5 mois a été tout simplement exceptionnel!

J’ai choisi un mode de voyage nature. Je me réveillais tous les matins avec tout simplement la nécessité d’avancer, de trouver des points d’eau pour boire, laver mon linge ou me laver, trouver mon bivouac du soir. Je me réveillais tous les matins pour découvrir le monde animal sauvage, la flore exceptionnelle du désert ou des hautes montagnes. Je me réveillais tous les matins avec pour seule envie marcher au rythme des rencontres et je dois dire que de ce point de vue j’ai été gâtée. Il est formidable de pouvoir échanger avec les autres marcheurs. Nous avons toujours des anecdotes à nous raconter et surtout avons beaucoup de conseils à échanger. Il en va parfois de notre survie.

Comme j’ai aimé rire des clowneries des animaux, je pense notamment aux nombreux chipmunks parfois effrontés, aux écureuils, notamment un qui semblait en colère contre moi. J’ai aussi eue la chance de croiser le chemin d’animaux plus impressionnants comme des serpents dont le fameux serpent à sonnette, des ours de très près ou de loin, mais aussi un renard gris, un loup blanc dans le parc National de Yosemite, un opossum, un raton-laveur, de nombreuses marmottes, des cervidés, des oiseaux dont un magnifique aigle…

Les trails angels rencontrés tout au long de ce voyage sont un exemple formidable de solidarité. Comme quoi la marche ouvre tous les cœurs, toutes les portes.

dans la cour d’un trail angel

Mon récit de voyage dévoile à tout ceux qui voudraient m’emboîter le pas le pouvoir insoupçonné de la marche. Ce sont des mémoires à la fois pratiques et personnelles. C’est mon témoignage, celui d’une femme passionnée et curieuse. Aussi, si mon histoire donne la propulsion nécessaire à quiconque rêve d’un voyage au long cours, alors j’en suis heureuse. Et même si parmi mes lecteurs il y a des voyageurs immobiles, j’espère tout simplement avoir donné du bonheur de lecture ou, plus prétentieux de ma part, donné l’envie de sauter dans des chaussures de marche et s’essayer au baroudage.

Avec toute mon énergie, mon amour, et parfois avec humour, j’ai écrits ces quelques lignes dans un but de partage.

J’ai beaucoup apprécié mon échange avec les élèves de la classe de CE1-CE2 du Sépulcre à Plérin et sous forme de petites devinettes ou jeux nous sommes restés en contact jusqu’au début des vacances d’été. Tous les jours je commençais ma marche en pensant à eux afin de trouver les choses rigolotes à leur transmettre. Cela était une très grande motivation.

Voyager en marcheuse qui prend son temps me fait entrer dans une autre dimension, plus douce, me fait percevoir la réalité plus lentement, plus pacifiquement, sans autres contraintes que celles que je me suis fixées, à savoir, trouver le boire et le manger, trouver le couchage et pour le reste se laisser couler dans un monde libre et sauvage.

Merci à Alexandre POUSSIN à qui j’ai emprunté quelques paroles philosophiques. D’ailleurs je finis mon résumé avec un passage de son magnifique livre « Marche avant » que je vous encourage grandement à lire:

« … n’en déplaise à ceux qui serinent le mythe du « c’était mieux avant », le monde n’a cessé de s’ouvrir, les murs de Berlin et d’ailleurs de tomber, le mieux-être de gagner des mondes alors exclus de la prospérité, la communication de connecter entre eux les moindres bouts de cervelle tout autour du monde comme un axone irait chercher un neurone au bout d’un cheveu. La surface du globe est devenue une tête pensante et communicante. Pour le meilleur surtout. Parfois pour le pire. … A la vitesse d’une impulsion électrique, tout le monde sait tout sur tout. Mais en passant peut-être à côté de l’essentiel: il faut se connaître soi-même si l’on veut comprendre et connaître les autres…. »

La marche m’a permis un travail sur soi, m’a permis d’aller voir de mes propres yeux comment le monde tourne, avec ma propre démarche.

En toute chose, pour tout projet, dans toute vie, il faut un jour savoir enclencher la marche avant. J’AI trouvé la marche avant dans cette expérience de vie.

bivouac en Sierra Nevada juste après Forester Pass
un de mes plus beaux bivouacs dans le désert en Californie
dans le désert Californien

LA PETITE CHAUSSURE VOYAGEUSE: dernière partie

MERCREDI 6 SEPTEMBRE: du mile 2390.6 à Snoqualmie Pass au mile 2393.9

Juste 3.3 miles pour m’éloigner de la civilisation et du bruit. Le véritable parcours commence demain.

 

JEUDI 7 SEPTEMBRE: du mile 2393.9 au mile 2411.3

Aujourd’hui je constate des particules de cendres blanches au sol. Ce sont les résidus de l’incendie qui sévit dans les parages.

MERCREDI 6 SEPTEMBRE: du mile 2390.6 à Snoqualmie Pass au mile 2393.9

Juste 3.3 miles pour m’éloigner de la civilisation et du bruit. Le véritable parcours commence demain.

 

JEUDI 7 SEPTEMBRE: du mile 2393.9 au mile 2411.3

Aujourd’hui je constate des particules de cendres blanches au sol. Ce sont les résidus de l’incendie qui sévit dans les parages.

Pause lunch pour la petite chaussure voyageuse près d’une petite chute d’eau
3 pics dans la fumée
Je l’aime ce PCT
.
Quand il m’offre des rocs, je l’aime un peu moins ce PCT. Bobo aux pieds
Grasse marmotte
Je n’ai pas de belles vues aujourd’hui mais le chemin se suffit à lui même
Aucun danger le chemin n’étant pas jonché de rocs et en plus terre stable
Chemin de rocs: il y en aura beaucoup des comme ça dans les jours suivants

 

Pika Américain, une espèce diurne. Habitat: montagnes de l’Amérique du Nord occidentale mais aussi Washington, d’habitude dans des champs de rocher à ou au-dessus de 3000 mètres d’altitude. Ils sont herbivores, plus petits qu’un lapin
Nom : scientifique Ochotona princeps

 

 

VENDREDI 8 SEPTEMBRE: du mile 2411.3 au mile 2432.3

Au programme aujourd’hui: vues dégagées sur les monts Lemah Mountain, Chimmey Rock, Overcoat Peak, Summit Chef Mountain, Little Big Chef Mountain…

Dans la descente qui me conduit vers Waptus Lake, un hiker pousse soudain des hauts cris: « bear, bear, bear… » Armée de mon Bear Spray je cours vers lui pensant qu’il est attaqué par un ours. Lorsque j’arrive à sa hauteur je ne vois rien de dangereux et lui demande ce qui se passe. Il m’explique alors qu’il a vu un ours qui grimpait dans un arbre et qu’il a eu peur. Il me montre l’arbre en question. Il a donc fait du bruit pour le faire partir. Je constate avec regret que l’arbre est très éloigné du chemin. Le hiker ne courrait aucun danger. Il suffisait de passer son chemin. Si j’avais été à sa place je me serais cachée pour observer l’ours qui cherchait simplement de la nourriture.

J’ai vu un petit serpent marron aujourd’hui. Ce sera le dernier du PCT. Je n’ai plus peur maintenant.

Tetras du Canada
Champignon comestible ou pas?
Dans cette région tous les chemins de randonnée sont clos sauf le PCT. Ainsi, si l’incendie du coin s’étale les sauveteurs savent où trouver les randonneurs.
Tous les chemins fermés sont clos par du ruban rose
Bonne nouvelle: mes cheveux ont repoussé donc je frise de nouveau. Par contre je ne suis plus châtain mais « blande »
Petit gué sur le chemin

 

SAMEDI 9 SEPTEMBRE: du mile 2432.3 au mile 2454.2

Ce matin c’est sous la pluie que je décampe. Toute la journée un petit crachin comme chez nous en Bretagne tombe.

C’est donc sous le crachin que je monte mon bivouac.

Ce matin j’ai vécu une rencontre très rigolote. J’étais en compagnie d’une marcheuse et sommes tombées sur un petit écureuil sur un tronc d’arbre qui nous faisait part de son mécontentement. Que nous reprochait-il? Pour rigoler comme nous, cliquez sur « télécharger le fichier » dans la zone noire et la vidéo se chargera.

Pause déjeuner à Deception Lake, je ne suis pas déçue, l’endroit est charmant. Je profite d’une éclaircie pour sécher ma toile de tente.

Un peu de nuages ce matin et de la pluie au programme
Le ciel s’assombrit de plus en plus
Ce petit écureuil était très en colère. Il faisait des bonds dans ma direction en poussant des cris comme pour me dire… me dire quoi d’après vous? 1) Arrêtez de mettre le feu à la forêt 2) Ne vous approchez pas de mon nid 3) Ne touchez pas à mes noisettes???

 

Pause lunch à Desolation Lake: je ne suis pas déçue
Le long du PCT les feuilles des blueberries arborent déjà une couleur rouge, signes annonciateurs de l’automne qui arrive
Lac cœur
J’ai descendu cet enchevêtrement de roches… et oui le chemin passe là dedans
Desolation Lake en vue
Mon bivouac de vendredi soir était en bas près de Deep Lake
En vue d’un torrent à franchir: celui-ci sera difficile à franchir car pas de pont, pas de rocs suffisamment rapprochés.

 

 

DIMANCHE 10 SEPTEMBRE: du mile 2454.2 au mile 2461.7 à Stevens Pass puis auto-stop jusqu’à Skykomish où j’ai prévu de dormir à l’hôtel.

Les 7,5 miles du jour m’amènent à Stevens Pass où 2 trails angels sont installés. A mon arrivée, plusieurs hikers sont déjà sur place. Nous nous régalons de délicieuses friandises (sandwichs, pâtisseries, boissons,…) mais des geais voleurs aussi. Ces oiseaux effrontés s’emparent de la nourriture à même le coffre du pick-up mais également dans nos mains. Ils sont très habiles à ce jeu là.

Je reste à peu près 1 heure à discuter avec Rob et John les trails angels puis m’installe au bord de la Hwy pour faire de l’autostop en direction de Skykomish située à 16 miles d’ici. Je n’attends pas longtemps. Un couple garé près de l’endroit où je suis me propose de m’y déposer.

Lorsque j’arrive à l’hôtel que j’ai réservé au préalable, ma première mission consiste à étaler ma toile de tente pour la sécher.

En attendant que ma chambre d’hôtel soit prête, je file au pub rejoindre d’autres hikers. Il y a une super ambiance. Tous les habitants de la ville sont ici car il y a un match de baseball.

Le soir je retrouve avec plaisir Françoise (Docteur Fly) que j’avais rencontrée à Seiad Valley en Californie du Nord.

 

Le ciel s’éclaircit… youpi!
Stevens Pass en bas
En vue de Stevens Pass: j’entends des bruits de micro et musique. Que se passe-t-il?
Il y a beaucoup de monde à Stevens Pass car il y a une compétition de descente VTT. Voilà l’origine du bruit
Trail Magic sur le parking de Stevens Pass: Rob et John nous offrent de la nourriture et des boissons. Remarquez-vous mon sac à dos? C’est celui avec les Crocs de couleur rose. Oui oui oui, elles tiendront jusqu’au bout.
Ce soir je dors là, dans un lit
En attendant ma chambre d’hôtel, je fais sècher ma toile de tente sur la pelouse

 

 

LUNDI 11 SEPTEMBRE: tranquillou à Skykomish avant de partir pour 10 jours sur le PCT

Qu’il est agréable de dormir dans un lit. Très bonne nuit, confortable.

A l’heure du déjeuner je retrouve avec plaisir Kao, un Coréen qui est parti le même jour que moi de Campo le 20 avril et avec qui j’ai marché quelquefois. Nous nous sautons dans les bras car cela fait plusieurs mois que nous nous sommes perdus de vue. C’est toujours émouvant de retrouver des marcheurs avec qui on a partagé des moments sur le chemin.

Skykomish est une ville dans le Comté de Roi, Washington, États-Unis. La population était 198 à partir du recensement 2010.
Skykomish a été fondé comme une ville de chemin de fer pour faciliter le transport des marchandises de filatures  nombreuses dans la région. Aujourd’hui, c’est principalement un point important pour l’accès aux loisirs des montagnes environnantes, y compris le ski, notamment à Stevens Pass.

La bibliothèque
Le train ici fait partie de l’histoire de la petite ville: les gens s’amusent sur un train miniature
Pont de la ville, plus petit que le fameux Bridge of the Gods de Cascade Locks
Skykomish est entourée de montagnes
Architecture de la ville
.

 

 

MARDI 12 SEPTEMBRE: mon nouveau filtre pour l’eau (l’actuel étant défectueux) arrive aujourd’hui à l’hôtel où je me repose. Je pense partir cet après-midi sur le chemin.

Finalement mon filtre n’étant pas disponible j’annule ma commande et pars à 14h sur le chemin.

Tiens? Douleur musculaire à l’épaule gauche aujourd’hui? L’omoplate plus exactement

Il n’y a pas que les pies qui volent. Ce soir au bivouac je me couche tôt. À peine 5 secondes après mon coucher des geais se posent près de ma tente et cherchent des restes de nourriture. Un geai s’empare alors de ma petite éponge, la prenant sûrement pour un morceau de pain. Je pense qu’il va se rendre compte, que cela n’est pas comestible et abandonner l’objet de son vol. Mais non il s’acharne dessus et commence à l’abîmer. Je suis donc obligée de me lever pour récupérer mon bien. Il ne se laisse pas faire l’animal. Il part dans un buisson pour se mettre hors de portée de moi. Je réussi tout de même à récupérer mon éponge un peu émiettée.

Geai voleur (ce voleur là est gris et blanc, il existe une 20aine de geais aux USA de couleurs différentes)
Pas mal mon bivouac non?
Beau cèpe trouvé sur le chemin
Belle taille ce cèpe!

 

 

MERCREDI 13 SEPTEMBRE: du mile 2467.3 au mile 2486.7

LA GRASSE MARMOTTE

Très belle journée alternant petites zones boisées et vues dégagées. Sublime étape!

2 ascensions aujourd’hui dont Grizzli Peak. Le temps est beau et chaud. Mon sac est lourd puisque je porte 7 jours de nourriture donc ma douleur à l’omoplate est encore plus forte. En touchant les règlages du sac j’atténue un peu la pression sur mon dos.

J’ai la surprise de voir une grasse marmotte à 1 m du chemin. Pas farouche l’animal. Elle se dresse sur ses pattes arrières pour mieux me voir aussi.

Ce chemin que j’aime tant redescend tout tranquille de Grizzli Peak
Belle ma marmotte n’est-ce pas?

 

 

JEUDI 14 SEPTEMBRE: du mile 2486.7 au mile 2506.2

Il fait de plus en plus froid la nuit, dur de sortir du duvet le matin.

Aujourd’hui j’avance pratiquement toujours en crêtes avec des panoramas à couper le souffle: je suis dans la région de Glacier Peak et Portal Peak. Le beau temps me permet de faire de belles photos.

Malheureusement la saison de la chasse est ouverte et j’entends des coups de feu! Ça gâche un peu mon plaisir. Dès que je vois un animal je lui dit « cache toi bien ».

Glacier Peak
Méandres d’une petite rivière au fond de la vallée. Au 1er plan les feuillages rouges des blueberries en cette fin d’été
Je récolte de l’eau dans une saesonnal Stream
Glacier Peak derrière moi. Il me faudra 2 jours pour le contourner

 

VENDREDI 15 SEPTEMBRE: du mile 2506.2 au mile 2529

JOURNEE CHAMPIGNONS

Au réveil aujourd’hui, du givre est visible, surtout aux versants Nord. Il fait froid. Aussi je démarre chaudement habillée avec gants et cagoule de laine.

Pause déjeuner au mile 2517 à Red Pass. Pas pressée de descendre car la vue est splendide et le temps magnifique. Pourtant j’ai encore une longue descente vers le magnifique Lac Mica aux eaux turquoises et ensuite une longue montée pour atteindre mon bivouac. Ici les descentes en vallées ne me laissent pas de répit: dès que je franchis les rivières dans les vallées, cela remonte direct, aucun plat pour reposer un peu ses muscles.

Ce soir je dors à Dolly Vista Trail Camp avec vue panoramique sur des montagnes. J’ai hâte de voir le lever de soleil demain.

 

Énorme le cèpe!
Pause lunch au sommet
Mica Lake
Mica lake
Ne vous y trompez pas, l’eau est très très froide, pas question d’y tremper un orteil!
Lac Mica
Red Pass!!!! Pause déjeuner très agréable

 

 

SAMEDI 16 SEPTEMBRE: du mile 2529 au mile 2554.6

Comme je m’y attendais le lever de soleil est MA. GNI. FI. QUE!

Mes muscles souffrent un peu des 2 cols franchis hier. Mais au fur et à mesure de la matinée, cela s’améliore. Aujourd’hui je n’ai qu’une montée, 10 miles, mais moins raide que les montées de hier.

Je vois beaucoup de cèpes aujourd’hui dont un qui fait environ  50 cm. Je l’ai pris en photo mais je ne peux mettre un objet de comparaison à côté car il est dans un fossé très pentu inaccessible.

 

Sunrise à 6h du mat depuis mon bivouac. Dans ces moments là je réalise la chance que j’ai d’être ici
Énorme ce cèpe: 50 cm d’envergure peut-être
Les troncs d’arbre sont parfois très larges

 

DIMANCHE 17 SEPTEMBRE: du mile 2554.6 au mile 2569.4 puis bus jusqu’au DERNIER ravitaillement à Stehekin

Il me reste 14.9 miles pour arriver à High Bridge Ranger Station, tout en descente. Je ne dois toutefois pas traîner si je veux avoir le célèbre bus rouge qui pour

8$ m’amènera à Stehekin, non sans oublier de faire une pause gastronomique (et commerciale) à la fameuse boulangerie 2 miles avant la ville. Les hikers affamés se font avoir à chaque fois. Impossible de lutter contre tant de gourmandises alléchantes.

Ce matin, j’évolue au fil  de l’eau qui coule dans de splendides gorges, le début du National Park North Cascade.

Je prends le temps d’une pause déjeuner pour finir les 2 barres céréales qu’il me reste. 2 petits chipmunks tentent des approches, attirés eux aussi par ce festin. Je fais toujours attention à ne pas laisser de miettes là où je mange car il ne faut pas les nourrir, cela n’est pas bon pour eux.

Dans le Red Bus je retrouve avec plaisir Françoise (Docteur Fly). Nous nous étions rencontrées à Seiad Valley dans le Nord de la Californie puis dernièrement à Skykomish. Nous décidons de prendre une chambre d’hôtel à 2.

La petite chaussure voyageuse regarde les saumons dans la rivière à High Bridge Ranger Station
10h: petite pause avant le lunch sous l’œil intéressé d’un chipmunk qui essaiera à plusieurs reprises de me chaparder de la nourriture
Joli balisage du PCT près d’un tentsite
Je quitte la région du lac Chelan pour North Cascade
Voici le bus qui pour 8$ nous conduit du PCT à Stehekin.
Lac Chelan… un petit air du lac Leman
Marina de Stehekin
Le ciel s’assombrit, signe annonciateur de la pluie qui arrive
Ce soir nous ne dînerons pas en terrasse: pluie, vent, froid
Notre hôtel et sa terrasse
Restaurant de l’hôtel
Stehekin River
.
..

.

 

LUNDI 18 SEPTEMBRE: zéro day à Stehekin

SEABISCUIT!

Je retrouve avec grand plaisir Seabiscuit à la Ranger Station. On se saute dans les bras tant notre joie est énorme, et c’est sous l’œil amusé des rangers que nous tournoyons ensembles. Ceux-ci ont l’habitude des effusions des hikers lors de retrouvailles et attendent sans oser nous déranger le retour à la « normale ». Bien souvent j’ai vu des hikers s’enlacer, s’embrasser, sauter sur place, tournoyer ensembles, pleurer de joie, crier, lors de retrouvailles. Plus rien n’existe alors dans ces moments là, seul l’amour sincère que l’on se porte, l’envie de se toucher pour réaliser qu’on ne rêve pas parlent. Les rires fusent, on se questionne vitesse grand V et sans retenue on dit à l’autre qu’on est  heureux de le revoir, qu’on l’aime… Oui on se dit ça, sans réfléchir. C’est si particulier l’amitié sur ce chemin! C’est indescriptible et si personnel!

Vous vous rappelez de Seabiscuit? Nous sommes partis de Campo le même jour, le 20 avril. Nous avons marchés quelques jours ensembles, avec son ami Zach. J’apprends que Zach a terminé son PCT rapidement car il a trouvé un travail. Nous dînons Françoise, Seabiscuit et moi au restaurant car avons beaucoup de choses à nous dire. Seabiscuit est sapé comme un Prince. Il a bien l’intention d’arriver au Canada tout beau tout propre.

Mes chaussures sont trouées devant, derrière, sur les côtés. Elles doivent tenir encore 4 jours avant de finir à la poubelle
Meilleur temps aujourd’hui à Stehekin mais nous savons que demain dans les montagnes nous aurons de la pluie et de la neige

 

MARDI 19 SEPTEMBRE: départ pour les 4 derniers jours sur le PACIFIC CREST TRAIL: du mile 2569.4 au mile 2586.3

Pour ces 4 derniers jours Françoise (Docteur Fly) et moi décidons de marcher ensembles. Ni l’une ni l’autre n’avions envie d’arriver seule au Monument marquant la fin du PCT au Canada. Seabiscuit est du voyage aussi. Il est entouré de 3 jolies jeunes filles avec qui il marchera durant ces derniers jours. Nous arriveront donc ensembles au Canada.

C’est en bus que nous rejoignons le PCT. Celui-ci fait encore une pause « commerciale » à la boulangerie. On se fait avoir encore une fois: quelques pains aux chocolats, croissants ou autres friandises avant 4 jours de mashpatatoes, nooddles, graines variées sur le chemin… cela ne peut pas nous faire de mal et surtout fait du bien au moral.

J’observe les saumons au High Bridge: ceux-ci sont ici depuis quelques jours déjà. Les femelles attendent le moment idéal pour remonter à contre courant la rivière et rejoindre leur lieu de ponte. Certaines y arriveront et après avoir pondu mourront, d’autres se feront manger par un ours affamé qui lui aussi attend là haut dans la montagne l’arrivée de cette manne annuelle.

C’est sous la pluie que nous démarrons le chemin mais il ne fait pas froid. Quelques éclaircies toutefois donneront un peu de couleur à la journée.

A un moment, Françoise chute sur le chemin et se retrouve, en une fraction de seconde, quelques mètres en contre-bas. Elle s’est fait mal au genou en tombant. J’enlève mon sac à dos et descends un peu en m’accrochant à des buissons pour l’aider à remonter. Elle se sent mal et fait un petit malaise. Je l’aide à s’allonger au sol et lui surélève les jambes quelques instants le temps pour elle de récupérer. Finalement il y a plus de peur que de mal et nous repartons en redoublant de vigilance. Il y a tant de cailloux, racines, bouts de bois sur le chemin que nous pouvons à tout moment chuter.

Toute la journée nous grimpons en direction de Rainy Pass.

Nous arrivons au lieu de bivouac assez tôt. Heureusement il ne pleut pas et pouvons monter notre tente au sec. Seabiscuit et ses 3 copines arrivent peu après. Il y a de l’ambiance ce soir, nous rigolons beaucoup. Nous sommes dans l’euphorie des derniers jours!!!

Les saumons attendent depuis plusieurs jours déjà le bon moment pour remonter la rivière. Les femelles retrouveront leur lieu de ponte et mourront… à moins qu’un ours ne les mangent avant
Petit pont suspendu
Large tronc

 

couleurs automnales

Pluie aujourd’hui, neige demain

 

MERCREDI 20 SEPTEMBRE: du mile 2586.3 au mile 2606.9

Givre ce matin. A partir de Rainy Pass, froid et neige au sol. Elle est tombée hier et tient. Lorsque nous descendons les versants au Nord, ça glisse. Nous devons être prudentes. Nous arrivons à Methow Pass et jouissons d’une vue magnifique une fois de plus. Washington est un Etat très sauvage avec de nombreux sommets dénudés.

Docteur Fly et moi arrivons les 1ères au bivouac. Seabiscuit et ses copines arrivent toujours plus tard.

A partir de Rainy Pass nous évoluons dans la neige au sol. Celle-ci tombe toute l’après-midi et tient au sol. C’est gelé. Il fait froid.
Docteur Fly (Françoise) est bien habillée pour lutter contre le froid
Ici quelques cm de neige mais parfois sur les crêtes il y a des congères de 1m déjà

 

JEUDI 21 SEPTEMBRE: du mile 2606.9 au mile 2627.7

NEIGE!!!

Noir et blanc (ciel et neige)

Pluie toute la nuit. Résultat tout est mouillé même le duvet et le matelas. Faire un sac à dos quand tout est mouillé n’est vraiment pas drôle, d’autant que les timides éclaircies de la journée ne nous ont pas permit de sècher nos affaires. A notre pause lunch à Hart Pass nous tendons la corde Dr Fly entre 2 arbres et étalons nos affaires. Les pauvres 5 mn de soleil ne sont pas suffisantes et nous repartons avec nos affaires toujours dégoulinantes d’eau. Nous allons avoir froid ce soir.

Encore 35 miles et nous serons au Canada
Neige, froid toute la journée. Je suis bien au chaud dans mes vêtements: pantalon waterproof, gants aussi, doudoune en véritable duvet d’oie, veste waterproof, cagoule100% pure laine Mérinos
les ponts de bois sont givrés donc glissants: be careful!!!

 

VENDREDI 22 SEPTEMBRE: du mile 2627.7 au mile 2646.4 (nous sommes à 3.7 miles du Monument)!

Froid cette nuit. Le sol est glacé. Comme les matins précédents nous avons une onglée en pliant nos tentes.

Objectifs du jour: Rock Pass et Woody Pass avec premières vues sur le CANADA.

A notre pause déjeuner nous arrivons à sècher nos affaires grâce à une belle éclaircie. L’après-midi le soleil nous réchauffera de nombreuses fois.

Nous faisons NOTRE DERNIER BIVOUAC… c’est drôle d’y penser….  à 3,7 miles du Canada. Seabiscuit et ses copines ont bien l’intention d’arriver au Monument ce soir pour y dormir. En passant il nous dit « a demain au Canada ».

La petite chaussure voyageuse à la neige
Au loin le dernier col avant le Canada: Woody Pass
Couleurs d’automne
Tetras du Canada (ancien nom: Tetras des savanes), pas effrayés par les marcheurs. C’est un peu notre perdrix. Chez le mâle, la face est noire, de même que la gorge et le large placard qui recouvre la poitrine. Il présente une teinte plus claire sur le manteau et la partie supérieure des ailes que sur l’abdomen où la terminaison noire des plumes lui confère un apparence mouchetée gris et blanc. La queue est mouchetée de noir avec une bande terminale chamois. Les yeux sont surmontés par des caroncules érectiles rouge vif. Les pattes sont emplumées jusqu’aux orteils, ce qui facilite sa progression dans la neige en hiver. La femelle est de taille plus modeste que le mâle. L’ensemble de son plumage présente un aspect moucheté brun et blanc. Comme le mâle, elle possède également une bande caudale terminale brune.

 

 

 

SAMEDI 23 SEPTEMBRE: du mile 2646.4 au Monument Terminus situé au mile 3650.1 + 14 miles sur un chemin qui nous conduit dans notre 1ère ville Canadienne MANNING PARK!

Il a fait moins froid cette nuit et surtout il n’a pas plut, ni neigé.

Nous sommes heureuses de savoir que  nous arrivons dans 3,7 miles au Canada mais inquiètes aussi. Sensation d’abandonner quelque chose d’unique. C’est un peu désagréable. Seule la joie de retrouver nos êtres chers (famille, enfants, amis) nous anime et c’est avec le sourire que nous marchons sur les derniers miles du PCT.

A 8H30 nous arrivons au Monument. 2 Allemands que nous connaissons bien y sont déjà ainsi que Seabiscuit et ses copines. C’est l’euphorie à notre arrivée. Nous nous disons tous CONGRATULATIONS!!!!!! nous crions, nous nous sautons dans les bras, nous tournons autour du Monument, nous dansons…. bref c’est la fête.

La frontière CANADA-AMERIQUE DU NORD est marquée par une ligne visible de plusieurs mètres de large. Les arbres et autre végétation sont taillés à cet endroit.

Avant de partir vers 9h pour les 14 premiers miles en terre Canadienne, Docteur Fly et moi buvons un café au Monument, histoire de retarder un peu la fin de notre aventure.

Pas de neige ce matin pour descendre au Canada
.
Le Monument signalant que nous sommes sur la frontière Canadienne. Voyez-vous la ligne droite marquant la frontière?
Docteur Fly et moi
Seabiscuit (sapé comme un Prince) et moi: nous sommes partis ensembles le 20 avril de Campo
Dr Fly signe le registre final
À mon tour, je signe le registre final (caché dans un tronc d’arbre coupé en 2 dans la longueur)
PCT 17: j’y étais!
Et voilà, nous arrivons dans notre 1ère ville Canadienne

 

 

Mes 1ers Dollars Canadiens

Fin de l’histoire…

 

LA PETITE CHAUSSURE VOYAGEUSE: WASHINGTON: partie 9

JEUDI 24 AOUT: de Cascade Locks mile 2144.6 au mile 2150.5

Petite mise en jambe de 5.9 miles

J’en profite pour faire un bilan provisoire concernant mon PCT:

1) L’Etat de Californie: je n’ai pas marché sur une partie trop enneigée de la Sierra Nevada en CA centrale. Par contre j’ai marché sur la totalité de la CA du Sud ainsi que la CA du Nord.

2) L’Etat de l’Oregon: à cause des nombreux incendies, je n’ai découvert que la moitié de l’Etat (déception).

3) L’Etat de Washington est, je l’espère, mon lot de consolation.

Le mythique Bridge of The gods sur la Colombia River

Je suis au milieu du Bridge of the Gods et regarde les bateaux de croisière. Pas rassurée car le pont est métallique et ajouré. Je ne suis pas à l’aise sur les ponts. Je ne sais pas pourquoi. J’ai moins peur sur les crêtes du PCT.
Allez allez, pas question de flancher. J’y arrive! Hop hop hop

 

VENDREDI 25 AOÛT: du mile 2150.5 au mile 2174.1

Je tourne le dos à la Colombia River et son pont des dieux
Pause lunch à un point d’eau rafraîchissant. Des serpents s’y baignent (non photographiés)
Couleurs de forêts
Au menu ce soir: noodles aux orties Bretonnes  soigneusement cueillies par mon amie Stela. Ces orties étaient dans le dernier colis envoyé de France par Dom. Hum c’est délicieux. MERCI Stela
Lecture assortie à mon dîner 🙂 C’est drôle. Thérapie par le sourire voire le rire. Tendre aussi à la fin du roman. Je vous le conseille vivement

 

SAMEDI 26 AOÛT: du mile 2174.1 au mile 2197.1

Le Glacier Mont Adam se voit de loin. J’y serai après demain
Couleurs du matin: 7h
.

 

DIMANCHE 27 AOÛT: du mile 2197.1 au mile 2218.8

Tiens?!! Une galère! Ça faisait longtemps 😣

Au bivouac, alors que je filtrais mon eau, ma poche de filtration s’est déchirée! Inutilisable? Je tente de la réparer avec un scotch spécial et très solide mais rien n’y fait, elle fuit. Pour filtrer mon eau il me faut faire preuve de patience car pour 1/2 litre filtré je dois remplir ma poche de 1 litre 2 fois. En effet en plus de fuir, il n’y a plus de pression possible au niveau du filtre. Il me faut tenir 5 jours comme ça!

 

Mont Adam dans la brume
Ce soir bivouac à Mosquito Lake, sans mosquitos 😉
Bob mon voisin de tente me photographie: poser devant l’objectif ne me plaît toujours pas. Ne souriez pas!😝

 

Vue depuis mon matelas. Elle est pas belle la vie? Ne regardez pas le bazar devant ma tente SVP. Aucune amélioration possible en ce qui me concerne. Lorsque je sors mon bazar du sac je m’étale, je prends mes aises. Depuis le début du PCT je n’arrive pas à faire mieux

 

 

LUNDI 28 AOÛT: du mile 2218.8 au mile 2239.2

Pas possible de te cueillir joli cèpe . Dommage je t’aurais bien mangé
Tiens?! Donald et Melania sont passés dans le coin?
À l’approche du glacier Mont Adam
À travers des arbres calcinés le Mt Adam que je verrai de plus près ce soir
Lave ancienne du Mt Adam
Et voilà! Un de mes plus beaux bivouacs! Ce soir le glacier craque à plusieurs reprises

 

MARDI 29 AOÛT: du mile 2239.2 au mile 2266.9 (27.7 m x 1.609 km = 44.5 km) Waouh! Pas étonnant que je sois un peu lasse ce soir😗

Aujourd’hui 3 hikers ont été touchés par mon problème de poche de filtration percée. Aussi m’ont-ils donné des capsules de purification d’eau, de quoi filtrer 10 litres. Je peux marcher sereinement jusqu’à mon prochain ravitaillement maintenant. Quel soulagement. Le reste du chemin sera plus facile.🙂

 

À 6h30 du mat passage délicat. Pas question de faire un faux pas sinon trempette assurée, et comme c’est l’eau du glacier Adam, je pense qu’elle est fraîche
Soleil pâle du matin
Au revoir joli glacier

 

MERCREDI 30 AOÛT: du mile 2266.9 au mile  2292.4 à White Pass

L’ETAPE DE CRÊTES!!!! C’EST AUSSI LES GUÊPES !!!!

Merveilleuse étape! À partir de Cispus Pass j’évolue dans la réserve Indienne de YAKIMA. Il est formellement interdit de quitter le PCT, des panneaux jalonnent le chemin pour le rappeler.

Toute la matinée je marche en terrain dénudéqui m’offre des vues FORMIDABLES. Une de mes plus belles étapes certainement. Des crêtes très étroites (1m50 de large parfois) ne m’autorisent aucun faux pas. J’ai conscience du danger MAIS c’est si beau! J’avance prudemment et je passe les crêtes sans problème. Je suis heureuse là haut.

De ce mirador j’aperçois encore le glacier Mont Adam, le glacier Mont Rainier, le Mont St Helen mais aussi, au loin, les fumées d’un incendie. Pourvu que le PCT soit épargné.

Dans l’après-midi lors d’une pause pipi derrière un arbre 3 guêpes en colère me frappe de leurs dards! Aïe aïe aïe ça brûle! Je me rhabille en vitesse, prends mes clics et mes clacs et soudain une chatouille au niveau de la braguette de mon pantalon m’inquiète. J’ouvre celle-ci en vitesse. Une guêpe en sors! Damned! Elle ne m’a pas piquée à cet endroit là heureusement!

Arrivée à White Pass, Katie une trail angel vient chercher 6 hikers pour les héberger. Je  me glisse dans le lot et c’est à 8 (3 devant – si je vous l’assure c’est possible- 4 derrière et 1 dans le coffre + 7 sacs à dos entassés dans tout ça) en petite voiture, que nous descendons en ville à Packwood. C’est un Grand Cherokee mais ce n’est pas fait pour 8.

8 là dedans

Chez Katie je retrouve mon infirmier de Cascade Locks qui m’avait ôté mes fils de suture au lavomatique de la ville.

J’apprends la fermeture du PCT à White Pass.

Mont Adam dans les nuages
Me voilà à l’entrée de la réserve Indienne: rester sur le chemin
1er col du jour. Ça monte encore pendant 3 heures après
Mont St Helen
.
Muret de pierres sèches pour retenir les pierres de la montagne
Mont Rainier
.
Un bébé marmotte. Marmot? Marmoton? Marmoteau? A vous de jouer et trouver la bonne réponse
Pffttttt! Encore de la neige là haut… et glacée en plus
Crête
Voilà l’incendie responsable de la clôture du PCT
Jolies fleurs et mousses au bord d’une petite rivière
J’ai puisé l’eau de cette mare à grenouilles pour boire
C’est triste à voir un incendie
Toujours le Mt Rainier
Crête
Crête
Crête

.

 

JEUDI 31 AOÛT et VENDREDI 1er SEPTEMBRE:

2 jours de repos à Packwood chez Katie pour:

– changer mon plan de marche (un incendie près du Mont Rainier est la cause d’une fermeture du PCT (eh oui, Washington n’est pas mon lot de consolation)

– mettre à jour mon blog

– reposer mon pied gauche (petite douleur au talon)

– aller chercher mon colis à White Pass: mon spray anti ours et ma nouvelle poche de filtration d’eau commandée sur Amazon USA

En ville je rencontre une mante religieuse.

 

SAMEDI 2 SEPTEMBRE: du mile 2292.4 au mile 2308.4

Je pars tard sur le PCT (midi) aussi je ne marche que 16 miles aujourd’hui.

Avant de retourner à mon activité favorite (marcher) je prends le temps de photographier quelques véhicules étranges.

 

 

DIMANCHE 3 SEPTEMBRE: du mile 2308.4 au mile 2321.1

LA PETITE CHOUETTE

A 8h du matin j’ai l’agréable surprise de voir une toute petite chouette pas plus grosse qu’un merle. Que fait-elle debout à cette heure là?

Je marche peu aujourd’hui car le PCT est victime une fois de plus d’un terrible incendie. Aussi à Chinook Pass, Forrest, un trail angel, m’attend pour m’amener à Greenwater sur la route 410. Là, Paul un pompier du district doit  me prendre en charge et me monter à Government Meadow pour continuer mon chemin. En tout c’est une portion de 23 miles qui est fermée.

J’arrive sur le PCT vers 19h. Il est donc trop tard pour marcher. Je campe au mile 2345.7. Pas d’autres hikers sur place. Je suis seule mais heureusement j’ai mon bear-spray.

De l’endroit où je dors je vois les terribles fumées de l’incendie.

Énorme glacier Mont Rainier
Glacier Mont Rainier dans les fumées
.
Non ce n’est pas un nuage dans la vallée mais les fumées de l’incendie du coin
Joli reflet des arbres sur un lac
Dernier jour de vacances scolaires ici aussi, beaucoup de familles profitent encore du beau temps avant la rentrée
Il y a un ours noir, très noir sur la photo. Il était très haut impossible de l’avoir mieux. Par contre je l’ai observé à la jumelle pendant 10 mn! Magnifique! Je n’oublierai jamais cette rencontre.
Ne vous y fiez pas. Il est 11h! Le soleil est voilé à cause des fumées
Vue de mon bivouac
Sunset à mon bivouac

 

LUNDI 4 SEPTEMBRE: du mile 2345.7 au mile 2368.1

Trop de fumées aujourd’hui pour profiter des vues. Pourtant je marche souvent en crêtes. Pas de photos possibles. PCT frustrant. Je n’ai pas de chance.

Traces d’un incendie ancien. La flore donne un peu de vie et de couleurs dans ce triste paysage
Feuillage de blueberries aux teintes automnales

 

MARDI 5 SEPTEMBRE: du mile 2368.1 au mile 2390.6 à Snoqualmie Pass

TEMPETE

Quelle nuit! Le vent a soufflé fort cette nuit aussi je n’ai dormi que 3, peut-être 4 heures.

Aussi la journée de marche à été difficile, d’autant que ça grimpe pas mal.

Toujours pas de vues possibles à cause des fumées.

A 15 h j’arrive à Snoqualmie Pass et récupère 2 colis de ravitaillement alimentaire.

Je rencontre Thomas un Français parti le 16 avril de Campo. Je suis heureuse de parler la langue de Molière.

J’apprends que le PCT est fermé sur une plus grande portion depuis hier mais dans  le sens Sud, aussi je vais pouvoir continuer mon petit bonhomme de chemin vers le Nord. C’est aussi ce jour là que j’apprends qu’un incendie sévit à Cascade Locks. J’y étais il y a 2 semaines environ. C’est un jeune marcheur de 15 ans (non PCT hiker) qui est responsable de ce drame. Intentionnel ou pas? Je ne sais pas.

À défaut d’avoir de belles vues je photographie la flore
Petit lac dans la fumée
.
Télésièges à Snoqualmie Pass. Il est 15h! La fumée donne des couleurs de soir
J’ai rendez-vous avec des hikers dans une fameuse brasserie. Derrière les vitres les cuves de bière sont visibles
Snoqualmie Pass est une station de ski

 

27 Septembre: le PCT est terminé. Je suis arrivée au Canada le 23 Septembre.

Je n’ai pas le temps de mettre à jour mon blog mais promis je m’en occupe dès que je suis en France. Je décolle de Vancouver aujourd’hui même à 20h55. À bientôt.

En attendant la mise à jour voici quelques photos de mon arrivée au Monument qui marque la fin du PCT.

Le Monument sur la frontière. Remarquez que la frontière est visible sur le terrain, marquée par une longue ligne droite taillée dans la nature, de plusieurs mètres de large
Ici je signe le registre qui marque la fin de mon PCT, caché dans un tronc d’arbre taillé dans la longueur
Avec Docteur Fly (Françoise) ma partenaire de marche des 4 derniers jours
Avec Seabiscuit (Austin) sapé comme un prince pour arriver tout beau au Canada.!!! Nous sommes partis de Campo le même jour le 20 avril

 

LA PETITE CHAUSSURE VOYAGEUSE: partie OREGON FIRES!

LUNDI 7 AOÛT: je passe mon après-midi à refaire un plan de route car la partie du PCT fermée à cause des incendies s’est étendue.

Le PCT est fermé du mile 1770.9 au niveau de la Hwy 140 jusqu’au mile 1845.3. C’est donc 74.4 miles que je ne peux parcourir.

 

MARDI 8 AOÛT: du mile 1716.7 au mile 1740.2

ORAGE O DÉSESPOIR!

On m’avait bien dit tu verras l’Oregon est plus « plat » c’est plus facile. J’y suis, je constate que c’est vrai. Ça grimpe et ça descend mais rien à voir avec les dénivelés de Californie.

ATTENTION! Message pour Christophe!

La 3ème photo C’EST UNE ARAIGNÉE !!!!!!

Passe directement à la 4ème photo si tu ne veux pas la regarder!!!!!

Framboises
.
Grosse araignée noire
Orage: je termine ma journée couverte
Ciel d’orage

 

MERCREDI 9 AOÛT: du mile 1740.2 au mile 1760.8

LES SERPENTS BLEUS

L’étape est tout aussi belle que hier mais plus de forêts donc peu de photos.

Depuis hier je vois de drôles de reptiles. Ils sont petits (10 à 15 cm) et comme ils sont vifs je n’arrive pas à les photographier. Ce sont des serpents de couleur marron au niveau de la tête jusqu’à la 1ère partie du corps et la queue est bleue. C’est un bleu tellement vif que j’ai d’abord cru qu’il s’agissait d’un morceau de  plastique. C’est très étrange. Je m’en méfie car en général les animaux de couleur vive sont dangereux.

L’orage gronde encore aussi je suis heureuse d’avoir trouvé une cabane pour dormir à l’abri si il pleut.

Infos placardées sur un tronc pour avertir les hikers des fermetures
À l’allure où j’avance je devrais arriver au Canada dans 45 jours

 

JEUDI 10 AOÛT: du mile 1760.8 au mile 1770.9

Finalement l’orage a eu lieu mais à 3 miles de l’endroit où j’ai dormi. Mon petit nid douillet dans ma cabane au Canada… ah non pas encore…. pardon je suis en Oregon…. s’avèra inutile.

En avançant ce matin je peux voir des plaques de grêlons. Le sol est trempé. Ça devait être violent.

Grêlons
Beaucoup de cailloux sur le sol. Pas glop pour les pieds

Lorsque j’arrive à la jonction avec la route 140 au mile 1770.9, j’appelle Dami qui doit venir me chercher pour me conduire au mile 1845.3 pour reprendre le chemin après la fermeture due au feu.

Malheureusement elle m’apprend que la route 138 qui conduit à ce point de départ est fermée depuis hier! Je dois donc me résoudre à faire de l’auto stop jusqu’à Klamath Falls, y dormir et trouver une solution.

Consolation du jour: je n’ai pas attendu longtemps pour être prise par une voiture. Mon chauffeur Tom me dépose à un hôtel.

A l’heure où j’écris ces mots (17h51) je n’ai toujours pas de solution pour trouver le bon deal.

PETIT MESSAGE PARTICULIER POUR BENOIT: j’ai suivi tes conseils pour attacher mes doigts façon « moufles » afin de ne pas aggraver mon problème de tendons aux annulaires, mais comme j’ai souvent les mains mouillées (pour filtrer l’eau que je puise dans les rivières pour boire) ça ne tient pas toujours! 😣 Pas d’amélioration mais pas pire non plus. Je n’ai pas mal.🙂

 

VENDREDI 11 AOÛT: tchou tchou

Aujourd’hui je dois prendre le train pour rejoindre Chelmut.

Pourquoi cette destination?

J’ai appris que la route 138 qui devait me diriger sur le PCT est fermée. Aussi mon plan est le suivant:

– train de Klamath  Falls à Chelmut

– prendre la route 9772 qui m’amène à Miller Lake (13 miles)

– dormir au campground du lac

– samedi parcourir les 3 miles qui partent de ce lac jusqu’à la jonction avec le PCT au mile 1863.4.

Mon plan à mes yeux est le bon. Cependant c’est sans compter les 5 h de retard du train. Il était prévu à 8h17, il est arrivé à 13h05! En plus il n’est pas rapide.

Je suis donc arrivée vers 15h à Chelter au lieu de 10h.😣

 

Mon train à petite vitesse
Assise dans le train je dispose devant moi une photo de Crater Lake que je ne verrais pas cette année car c’est l’endroit victime du feu😢
Lot de consolation: je regarde le beau paysage depuis mon siège. Le train est si lent que j’ai le temps de compter les vaches d’un troupeau 😁
Klamath Falls Lake. Au loin les montagnes du parc de Crater Lake… snif
Mount Thielsen classé parc naturel
Région de volcans
Thielsen Mount appelé aussi Ice Cream Cone à cause de sa forme de glace (cône renversé)
Mon bivouac au campground est sympa avec vue sur Miller Lake
Les eaux du lac sont calmes le soir
Vue du train
Vue du train
En montant la route 9772 en direction de Miller Lake
On the 9772 road

 

 

SAMEDI 12 AOÛT: du lac Miller 3 miles à la jonction avec le PCT au mile 1863.4 jusqu’au mile 2888.1. C’est ma plus grande distance parcourue depuis mon départ Le 20 avril:

27.7 miles soit 42.5 km! Même pas mal.

HÉLICOPTÈRE!

Très jolie étape qui alterne entre forêts et crêtes avec vue sur des montagnes enneigées. Je sens l’odeur du feu pas loin.

Déception ce matin: je retrouve des hikers vus 2 jours plus tôt qui me disent que la route 138 est de nouveau ouverte, depuis ce matin. Oh mince alors! C’est donc 18 miles que je n’ai pas parcourus! Moi qui croyais avoir le good plan! En plus je ne connaîtrais pas le plus haut point du PCT à 7573 pieds qui se trouve sur ces fameux 18 miles!😩. Une fois en-dehors des villes où il est possible d’avoir du réseau, je me rends bien compte que je suis coupée de toutes possibles nouvelles! Toutefois, en l’absence d’informations, mon plan était le meilleur.

A ma pause déjeuner à Windigo Pass je vois des pompiers avec leurs véhicules. Que se passe t-il? Commence alors le balai incessant d’un hélicoptère d’un lac où il puise de l’eau au foyer d’incendie au-dessus de ma tête. L’incendie est à Windigo Peak. Toutefois le feu n’atteint pas le PCT.

A Windigo Pass il y a une water cache et dans une boîte plastique… des lunettes pour observer l’éclipse qui aura lieu à 10h le 21 Août! Ils pensent à tout ces trails Angels🙂

Ce soir bivouac à Summit Lake. Beaucoup de lacs en Oregon.

Miller Lake à 6h du mat
Calme, à cette heure là les campeurs dorment encore et ne troublent pas la quiétude des lieux. J’aime ces instants. Tous les matins j’ai cette tranquillité qui m’apaise
Ça y est j’ai parcouru les 3 miles du lac Miller à mon cher PCT. Toujours aussi calme le lac, les campeurs dorment encore
Douche sur laquelle la vie reprend. Remarquez le petit pin
La vie sur la mort
Jolies baies rouges. Comestibles? Je ne sais pas donc je ne goûte pas. Don’t touch!
La mousse sur les troncs d’arbres n’est pas la même qu’en Californie. Pas le même vert « fluo », et pendante
Troncs serrés couverts de mousse
Mousse tombante. Tiens ça me donne une idée pour les jours à venir😁
L’hélicoptère avec son ballon d’eau
À travers les nombreux arbres je peux entrevoir des cimes

.
Voyez-vous la fumée de l’incendie grise-marron ?
Suis pas mal dans ma petite tente n’est-ce pas ? Summit Lake
L’incendie est sur ce sommet: Windigo Peak
L’arbre qui mange le balisage PCT
.
Summit Lake
.
.
..

 

 

DIMANCHE 13 AOÛT: du mile 1888.1 à la jonction pour Chelter Cove Resort au mile 1904.1 puis 2,4 miles (AR PCT > Chelter Cove Resort), puis reprise PCT jusqu’au mile 1909 à Upper Rosaly Lake. Total des miles du jour: 23.7… vous me suivez?

L’arrêt à Chester Cove Resort a pour but d’appeler Dom pour définir le contenu de mon dernier colis (ça sent la fin du PCT), faire des courses pour 4 jours, recharger les batteries (solaire et moi 😁).

Remarque: c’est la première journée où j’ai froid en marchant (excepté en avril/mai lorsque j’ai marché dans la neige).

6 h du mat. Calme plat
Entre nuages et fumée je ne sais plus!😣
Nuages en haut? Fumée en bas?
Ici la bruyère est différente de celle de Californie. La même qu’en France
Blueberries? Quand on n’est pas sûre, don’t touch! No eat!
J’aime les verts des forêts de l’Oregon
.
Ici les symboles montrent que le PCT est piste de ski Nordique l’hiver (remarquez la hauteur du losange bleu car ici l’hiver il y a plusieurs mètres de neige et le balisage doit être visible). Le sigle PCT est beaucoup plus bas pour les hikers l’été après la fonte des neiges
Marina à Chester Cove Resort
Marina
Ne vous avais-je pas dit que la mousse me donnait des idées? Pffttttt… 4 mois de vie sauvage, il est beau le résultat!   J’attends vos commentaires sur mon blog, sinon c’est pas glop!
Entre nuages et fumée j’hésite
Fumée en bas? Nuages en haut?

 

 

LUNDI 14 AOÛT: du mile 1909 au mile 1935.8

FROID ET GIVRE

Tenue de circonstance aujourd’hui car il fait froid: sweat en Mérinos, coupe-vent et gants.

En haut de Maïden Peak à 2379 m, c’est givré.

Pause déjeuner à Charlton Lake en charmante compagnie. Alors que je suis assise auprès de l’eau, j’entends un bruit dans les buissons à 2 mètres de moi. Je tourne la tête et vois alors 2 serpents noir avec des rayures jaunes dans le sens de la longueur. L’un  le diamètre d’une chambre à air de vélo, l’autre plus fin est vif. Je n’aime pas leur compagnie. Cependant je prends le temps pour plier les gaules, je ne panique pas. Il vient alors l’idée pour le plus petit de se baigner. Ça nage bien un serpent. Il plonge la tête en remuant sa queue en-dehors de l’eau. On dirait qu’il joue. Je sors mon téléphone pour le filmer mais trop tard il plonge et je le perd de vue définitivement.

Après cette pause j’évolue sur Charlton Butte ravagée par les flammes il y a des années. À part quelques fleurs, rien n’y a repoussé.

Je croise dans l’après-midi une Française qui m’informe d’une nouvelle fermeture du PCT. Cela m’oblige à quitter le chemin au mile 1950.1. De cet endroit par un chemin de 1.2 miles je serai détournée à Elk Lake Resort.

Tapis de mousse. Eh oui Florence j’ai toujours cet amour des mousses!😁

 

MARDI 15 AOÛT: du mile 1935.8 au mile 1950.1 sur le PCT puis 1.2 miles jusqu’à Elk Lake Resort. Après auto-stop jusqu’à Bend où je choisis de dormir (cowboy camping dans un jardin).

Aujourd’hui je pense à mon père trop tôt disparu: il aurait 77 ans.

Fermeture obligatoire du PCT
Pas de chance: PCT Nord fermé
Elk Lake Resort
Ici, sports nautiques
Marina du lac
Rares plaines
Ce paysage me fait penser à une scène du film WILD

 

MERCREDI 16 AOUT: quitter Bend est l’objectif du jour.

Ah oui au fait, l’autre jour je vous disais avoir vu des serpents bleus. Eh bien j’ai la réponse à ce mystère. C’est mon cousin Christian qui me l’a dit: j’ai traversé le pays des Stchroumps. 😁😁😁 C’est vrai ils sont vraiment de ce bleu là mais dorés.

19h: bon ben… comment dire?…. Je ne quitte pas Bend aujourd’hui.

15h: En allant prendre mon bus je suis tombée sur le trottoir. Quand je dis tombée je suis gentille. Je dirais plutôt que je me suis vautrée, comme un gros sac. C’est quoi ces trottoirs tordus? C’est qui le maçon que je lui botte le derrière? C’est un trottoir fait de plaques et elles ne sont pas de niveau😣

Bref, lors de ma chute ma tête a heurté le sol … aïe… bobo. J’ai perdu mes lunettes. Comme je saigne un homme vient à mon secours. Il m’aide à me relever et en profite pour écraser mes lunettes. Comme ce brave homme pèse au moins 150 kg mes lunettes n’ont aucune chance de s’es sortir! Je les récupère et ne me rends pas compte qu’il manque un verre. Il me conduit dans une clinique en urgence. Il me faut payer 185$ si je veux des soins. Bien sûr que j’en veux, j’ai du sang qui coule le long de ma joue et mal à la tête.

15h30:

Je suis dans la salle d’attente depuis 10 mn et j’entends mon prénom « Sophie ». Depuis quelques mois on m’appelle Kimbi. Ça fait drôle de se rappeler son véritable prénom!

Ici on appelle les gens par le prénom?

L’infirmier se présente par son prénom.

Le docteur arrive et se présente par son prénom lui aussi! C’est habituel en Amérique Il s’appelle donc Brian. Lui et l’infirmier sont super sympas, heureusement à ce prix là! Questionnaire médical, prise de ma tension artérielle, température, désinfection  de la plaie à l’œil gauche.

6 points de suture plus tard je sors soulagée par le résultat de l’examen médical… et de 185$.

17h15: C’est en voulant mettre mes lunettes au moment de partir que je me rends compte qu’il manque un verre. Je pars sur les lieux de l’accident, retrouve les traces de sang qui m’indiquent l’endroit exact de ma chute et après quelques cercles dans le secteur je retrouve le verre tant convoité. Il est sale et abîmé mais j’en ai besoin. La secrétaire de Brian m’avait donné l’adresse d’un opticien. J’y vais en vitesse car ça ferme à 18h.

Voilà, j’ai retrouvé mes lunettes (plus propres qu’avant), je retrouve le chemin de l’hôtel que j’ai quitté en début d’après-midi.

19h: Ce soir je dois trouver une âme charitable pour partager une chambre parce-que la nuit dernière je n’ai pas fermé l’œil de la nuit en cowboy camping dans le jardin de l’hôtel. En effet l’hôtel est situé près d’une Hwy et d’une voie ferrée. Le trafic toute la nuit m’a empêché de dormir. Finalement j’ai trouvé un canap 2 places pour dormir, petit mais confortable tout de même et surtout pas dehors.

Je suis épuisée mais c’est pas bien grave. Ça ira mieux demain.

Je dois juste rester vigilante dans les 24h qui suivent. Au moindre symptôme (nausées, vomissements, trouble de la vision) j’ai promis à Brian de filer aux urgences. Dans 7 jours je dois trouver un Docteur ou un infirmier pour ôter les fils. Pffftttt! Comme si le PCT n’était pas assez dur comme ça! Je serai où dans 7 jours? Peut-être à Cascades Locks dernière ville de l’Oregon?

Voilà le résultat: 6 points de suture, œil poché au beurre noir et gonflé ! Pas glop!

 

JEUDI 17 AOÛT: repos + trajet par bus jusqu’à Sisters + trajet en pick up jusqu’à Olalie Lake

Matin: repos à Bend

15h45: bus jusqu’à Sisters

16h13: arrivée à Sisters

19h30: Russ un trail angel vient nous chercher en pick up (nous sommes 6) et nous monte à Olalie Lake.

En route, à travers la vitre du véhicule, j’aperçois les fumées des incendies.

Nous arrivons à Olalie Lake très tard aussi nous ne partirons sur le PCT que demain.

 

 

VENDREDI 18 AOÛT: du mile 2043.1 au mile 2062.1

Ce matin près du lac Olalie, le Mont Jefferson est majestueux! Il se reflète dans l’eau.

Je vois encore de la fumée d’incendie.

Aujourd’hui je me sens fatiguée. Aussi à 15h15 je décide de m’arrêter au mile 2062 à Warm Springs River. Je ne marche finalement que 19 miles.

Fumées
Au moins 2 brasiers

 

SAMEDI 19 AOUT: du mile 2062.1 au mile 2085.4

Nuit agitée! Un ours est venu près du campement (probablement attiré par l’odeur de notre nourriture) une première fois vers minuit, une seconde fois vers 1 h du mat.

Heureusement nous sommes 5 hikers et à force de tapage, de lancements de projectiles divers et variés, à l’aide de nos lampes frontales aussi nous avons réussi à le faire partir définitivement de notre bivouac.

Non content d’être détourné de son objectif premier (manger notre maigre pitance), ce vil coquin s’en est allé au campement voisin, de l’autre côté de la rivière! Nous entendons et voyons les autres hikers agiter également leurs lampes et taper avec leurs bâtons de randonnée sur le sol pour se débarrasser du gourmand.

Malgré ce divertissement nocturne j’ai très bien dormi et suis en meilleure forme que hier.

Ce matin le tracé m’amène sur Tymothy Lake. Très beau. Je tourne le dos au Mont Jefferson. Le Mont Hood se dessine au loin.

Bonjour petit écureuil. Avez-vous déjà entendu le drôle gloussement d’un écureuil? C’est très joli et amusant
Je ne sais pas ce que c’est mais c’est beau
Entre les forêts quelques prairies
Petite anse de Tymothy Lake

Ma rencontre du jour: un crapaud je CROA 😜
Tiens! Des amoureux dans les parages
Nuage accroché sur le Mont Hood
Eaux limpides et claires de Tymothy Lake

 

DIMANCHE 20 AOÛT: du mile 2085.4 au mile 2106.4

J’approche d’un endroit extrêmement populaire: Timberline Lodge. C’est au Mont Hood. À son approche j’évolue sur un terrain dénudé au sol sablonneux. Une chanson me vient à l’esprit: « 1 pas en avant… 2 pas en arrière… » C’est difficile. MAIS la vue est dégagée et magnifique! Alors ne pas se plaindre.😝

Je choisi volontairement de ne pas m’arrêter pour le lunch à Timberline Lodge pour 3 raisons:

1) les parkings sont pleins de voitures (nous sommes à la veille de l’éclipse tant attendue) ce qui veut dire des gens, beaucoup de gens, donc un service lent j’imagine

2) j’ai suffisamment de nourriture dans mon sac lourd donc pas besoin de manger à cet endroit

3) j’ai encore du chemin à faire avant mon bivouac du soir.

Aujourd’hui je peux prendre une alternance: Ramona Falls. C’est mon choix et je ne regrette absolument pas ce détour d’autant que cela ne rajoute pas de miles et c’est le même dénivelé que sur le PCT. De plus le chemin de Ramona Falls est jalonné de mousse et je ne résiste pas à l’appel de la mousse… hein Florence !😜

Mont Hood
.
.
.
Chemin qui mène à Ramona Falls
.
.
Nombreuses mousses le long du chemin
Ramona Falls
Traverser sans tomber surtout. Be careful!

 

LUNDI 21 AOÛT: du mile 2106.4 au mile 2128.2

L’ECLIPSE

Magnifique étape avec plus de vues dégagées que ces derniers jours. Plusieurs sommets de l’Etat de Washington sont visibles. Je suis maintenant de l’autre côté du Mont Hood.

Vers 10h30 j’ai trouvé un endroit pour observer l’éclipse. Avec mes belles lunettes c’était magique. 90 ans que l’Amérique n’avait pas vu ça!

Pourtant un feu brûle pas loin. Au mile 2125.1 un gardien armé est posté pour indiquer aux hikers les possibilités de bivouac. Je peux dormir au lac Wahtum comme prévu mais pas au campground qui est fermé. En effet un hélicoptère vient puiser de l’eau à cet endroit pour tenter d’éteindre l’incendie. Depuis mon bivouac je peux l’observer.

Une vallée me sépare de l’incendie
Incendie au loin
Devant moi l’état de Washington
De nombreux sommets m’attendent
La petite chaussure voyageuse s’est baignée et dormira près d’un petit lac: Wahtum

 

MARDI 22 AOÛT: du mile 2128.2 au mile 2144.6 à Cascade Locks

DERNIERS PAS DANS L’OREGON!

Pas pressée ce matin car peu de miles à parcourir et jolie forêt avec des couleurs incroyables. Le sol ici est moins acide car il y a d’autres essences que des résineux. Aussi je vois des noisetiers, des érables, des pins… puis des fougères, des framboisiers, de la mousse et quelques fleurs.

La descente sur Cascade Locks est longue et difficile car il y a beaucoup de rocailles qui bougent sous les pieds. Je respire plus de fumée que les autres jours. Il faut dire que je suis proche de l’incendie.

J’arrive au fameux Bridge of the Gods. Là, comme Sheryl STRAYED dans le film, je me retourne en espérant voir un renard… mais non.🙂 Maître Goupil n’est pas là.

Je file m’installer dans le jardin de Shrek un trail angel puis vite je vais au Post Office où m’y attend le dernier colis envoyé de France par Dom. J’ai bien regardé où je mettais les pieds pour ne pas tomber. À mes dépens j’ai appris que c’est dangereux la ville.😉

J’ai trouvé aussi un Hiker qui s’est improvisé infirmier pour m’ôter mes fils de suture… dans des conditions déplorables d’hygiène, avec un ciseau qui ne coupait pas. Bon, qu’importe l’outil, finalement avec un coupe-ongles ça marche aussi. Après au moins 30 mn d’acharnement sur ma pauvre face, me voilà libérée des fils.

La dernière forêt d’Oregon que je traverse au Mont Hood est la plus belle jusqu’à ce jour. Pas pressée d’en sortir

Ça y est me voici en vue de Cascade Locks le long de la Colombia River
Couleurs d’automne avant l’heure
Œil dans un tronc mort
Ce n’est pas un nuage dans la vallée mais la fumée d’un incendie
Ce chemin qui fait mal aux pieds

 

 

MERCREDI 23 AOÛT: repos à Cascade Locks

Je voulais partir ce soir mais j’ai pris du retard avec la mise à jour du blog à cause d’une connexion Internet lente aussi je recule mon départ à demain vers 17h après mon repas du soir. Eh oui je mange à des heures indécentes!

 

 

 

 

 

LA PETITE CHAUSSURE VOYAGEUSE: partie 7

BONJOUR TRISTESSE

Aujourd’hui 30 JUILLET avant de continuer mon carnet de voyage, je rend hommage à mon amie Tree (vous vous rappelez que nous nous sommes rencontrées à Cabazon avec Brent et Kelley). Elle était portée disparue depuis plusieurs jours. J’ai tenté à maintes reprises de l’avoir au téléphone. Son corps a été retrouvé ce matin. Elle s’est noyée dans une rivière au mile 977 du PCT alors qu’elle randonnait seule.

Je suis extrêmement émue, ma peine est immense. Les photos ci-dessous sont belles et montrent sa jeunesse, sa beauté et sa joie de vivre.

Elle avait 27 ans.

Je pense à sa famille et leur adresse mes condoléances.

 

A la library de Acton
A casa de Luna
Avec notre ami commun Markus
Elle aimait manger
Tree enlace un arbre, sa famille Comme elle disait

Nous 2 au mois d’avril
Mont San Jacinto auprès d’une trail magic
Avec nos amis de Chicago Brent et Kelley
Courageuse Tree
Nos ombres Chinoises: Markus, Tree et moi

AU REVOIR MON AMIE

——————————————————-VENDREDI 28 JUILLET: toujours à Tahoe Lake

LE RATON-LAVEUR

J’ai une voiture pour 3 jours. Aujourd’hui donc j’ai prévu: activité tyrolienne ce matin et tour du lac Tahoe cet après-midi.

Téléphérique qui me monte au sommet pour mon activité Tyrolienne
Vue sur le lac
Télésièges pour atteindre le sommet
Plateforme d’où part la Tyrolienne
Je suis prête
La vue est splendide depuis la plateforme de décollage
L’arrivée en bas
L’après-midi: la petite chaussure voyageuse en voiture

Sur cet îlot vécu un ermite
Propriété au bord du lac: il y a beaucoup de villas luxueuses
Eaux claires du bord du lac
Cascade se jetant dans Tahoe Lake
Même cascade
Queue d’un raton laveur
Raton laveur sur le toit de mon hostel
Maison de l’ermite

 

SAMEDI 29 JUILLET: un petit tour à Yosemite NP

J’AI VU LE LOUP!

Comme j’ai une voiture pour 3 jours je pars en compagnie de Annette mon amie Hollandaise rencontrée il y a quelques jours pour Yosemite National Park.

En milieu d’après-midi nous avons la chance de voir un loup. Il partait sans se presser. Il était de couleur gris clair. Quelle beauté!

Half Dome dans Yosemite
Cairns

 

DIMANCHE 30 JUILLET: 2ème jour à Yosemite

Nous récupérons mon colis à Kennedy Meadows et faisons un petit tour à Sonora Pass.

C’est aujourd’hui que j’apprends par Markus la mort de Tree. Nous sommes effondrés de chagrin.

Orage à Sonora Pass
L’orage nous oblige à écourter notre ballade
Nous rentrons sur Tahoe Lake