LA PETITE CHAUSSURE VOYAGEUSE: dernière partie

MERCREDI 6 SEPTEMBRE: du mile 2390.6 à Snoqualmie Pass au mile 2393.9

Juste 3.3 miles pour m’éloigner de la civilisation et du bruit. Le véritable parcours commence demain.

 

JEUDI 7 SEPTEMBRE: du mile 2393.9 au mile 2411.3

Aujourd’hui je constate des particules de cendres blanches au sol. Ce sont les résidus de l’incendie qui sévit dans les parages.

MERCREDI 6 SEPTEMBRE: du mile 2390.6 à Snoqualmie Pass au mile 2393.9

Juste 3.3 miles pour m’éloigner de la civilisation et du bruit. Le véritable parcours commence demain.

 

JEUDI 7 SEPTEMBRE: du mile 2393.9 au mile 2411.3

Aujourd’hui je constate des particules de cendres blanches au sol. Ce sont les résidus de l’incendie qui sévit dans les parages.

Pause lunch pour la petite chaussure voyageuse près d’une petite chute d’eau
3 pics dans la fumée
Je l’aime ce PCT
.
Quand il m’offre des rocs, je l’aime un peu moins ce PCT. Bobo aux pieds
Grasse marmotte
Je n’ai pas de belles vues aujourd’hui mais le chemin se suffit à lui même
Aucun danger le chemin n’étant pas jonché de rocs et en plus terre stable
Chemin de rocs: il y en aura beaucoup des comme ça dans les jours suivants

 

Pika Américain, une espèce diurne. Habitat: montagnes de l’Amérique du Nord occidentale mais aussi Washington, d’habitude dans des champs de rocher à ou au-dessus de 3000 mètres d’altitude. Ils sont herbivores, plus petits qu’un lapin
Nom : scientifique Ochotona princeps

 

 

VENDREDI 8 SEPTEMBRE: du mile 2411.3 au mile 2432.3

Au programme aujourd’hui: vues dégagées sur les monts Lemah Mountain, Chimmey Rock, Overcoat Peak, Summit Chef Mountain, Little Big Chef Mountain…

Dans la descente qui me conduit vers Waptus Lake, un hiker pousse soudain des hauts cris: « bear, bear, bear… » Armée de mon Bear Spray je cours vers lui pensant qu’il est attaqué par un ours. Lorsque j’arrive à sa hauteur je ne vois rien de dangereux et lui demande ce qui se passe. Il m’explique alors qu’il a vu un ours qui grimpait dans un arbre et qu’il a eu peur. Il me montre l’arbre en question. Il a donc fait du bruit pour le faire partir. Je constate avec regret que l’arbre est très éloigné du chemin. Le hiker ne courrait aucun danger. Il suffisait de passer son chemin. Si j’avais été à sa place je me serais cachée pour observer l’ours qui cherchait simplement de la nourriture.

J’ai vu un petit serpent marron aujourd’hui. Ce sera le dernier du PCT. Je n’ai plus peur maintenant.

Tetras du Canada
Champignon comestible ou pas?
Dans cette région tous les chemins de randonnée sont clos sauf le PCT. Ainsi, si l’incendie du coin s’étale les sauveteurs savent où trouver les randonneurs.
Tous les chemins fermés sont clos par du ruban rose
Bonne nouvelle: mes cheveux ont repoussé donc je frise de nouveau. Par contre je ne suis plus châtain mais « blande »
Petit gué sur le chemin

 

SAMEDI 9 SEPTEMBRE: du mile 2432.3 au mile 2454.2

Ce matin c’est sous la pluie que je décampe. Toute la journée un petit crachin comme chez nous en Bretagne tombe.

C’est donc sous le crachin que je monte mon bivouac.

Ce matin j’ai vécu une rencontre très rigolote. J’étais en compagnie d’une marcheuse et sommes tombées sur un petit écureuil sur un tronc d’arbre qui nous faisait part de son mécontentement. Que nous reprochait-il? Pour rigoler comme nous, cliquez sur « télécharger le fichier » dans la zone noire et la vidéo se chargera.

Pause déjeuner à Deception Lake, je ne suis pas déçue, l’endroit est charmant. Je profite d’une éclaircie pour sécher ma toile de tente.

Un peu de nuages ce matin et de la pluie au programme
Le ciel s’assombrit de plus en plus
Ce petit écureuil était très en colère. Il faisait des bonds dans ma direction en poussant des cris comme pour me dire… me dire quoi d’après vous? 1) Arrêtez de mettre le feu à la forêt 2) Ne vous approchez pas de mon nid 3) Ne touchez pas à mes noisettes???

 

Pause lunch à Desolation Lake: je ne suis pas déçue
Le long du PCT les feuilles des blueberries arborent déjà une couleur rouge, signes annonciateurs de l’automne qui arrive
Lac cœur
J’ai descendu cet enchevêtrement de roches… et oui le chemin passe là dedans
Desolation Lake en vue
Mon bivouac de vendredi soir était en bas près de Deep Lake
En vue d’un torrent à franchir: celui-ci sera difficile à franchir car pas de pont, pas de rocs suffisamment rapprochés.

 

 

DIMANCHE 10 SEPTEMBRE: du mile 2454.2 au mile 2461.7 à Stevens Pass puis auto-stop jusqu’à Skykomish où j’ai prévu de dormir à l’hôtel.

Les 7,5 miles du jour m’amènent à Stevens Pass où 2 trails angels sont installés. A mon arrivée, plusieurs hikers sont déjà sur place. Nous nous régalons de délicieuses friandises (sandwichs, pâtisseries, boissons,…) mais des geais voleurs aussi. Ces oiseaux effrontés s’emparent de la nourriture à même le coffre du pick-up mais également dans nos mains. Ils sont très habiles à ce jeu là.

Je reste à peu près 1 heure à discuter avec Rob et John les trails angels puis m’installe au bord de la Hwy pour faire de l’autostop en direction de Skykomish située à 16 miles d’ici. Je n’attends pas longtemps. Un couple garé près de l’endroit où je suis me propose de m’y déposer.

Lorsque j’arrive à l’hôtel que j’ai réservé au préalable, ma première mission consiste à étaler ma toile de tente pour la sécher.

En attendant que ma chambre d’hôtel soit prête, je file au pub rejoindre d’autres hikers. Il y a une super ambiance. Tous les habitants de la ville sont ici car il y a un match de baseball.

Le soir je retrouve avec plaisir Françoise (Docteur Fly) que j’avais rencontrée à Seiad Valley en Californie du Nord.

 

Le ciel s’éclaircit… youpi!
Stevens Pass en bas
En vue de Stevens Pass: j’entends des bruits de micro et musique. Que se passe-t-il?
Il y a beaucoup de monde à Stevens Pass car il y a une compétition de descente VTT. Voilà l’origine du bruit
Trail Magic sur le parking de Stevens Pass: Rob et John nous offrent de la nourriture et des boissons. Remarquez-vous mon sac à dos? C’est celui avec les Crocs de couleur rose. Oui oui oui, elles tiendront jusqu’au bout.
Ce soir je dors là, dans un lit
En attendant ma chambre d’hôtel, je fais sècher ma toile de tente sur la pelouse

 

 

LUNDI 11 SEPTEMBRE: tranquillou à Skykomish avant de partir pour 10 jours sur le PCT

Qu’il est agréable de dormir dans un lit. Très bonne nuit, confortable.

A l’heure du déjeuner je retrouve avec plaisir Kao, un Coréen qui est parti le même jour que moi de Campo le 20 avril et avec qui j’ai marché quelquefois. Nous nous sautons dans les bras car cela fait plusieurs mois que nous nous sommes perdus de vue. C’est toujours émouvant de retrouver des marcheurs avec qui on a partagé des moments sur le chemin.

Skykomish est une ville dans le Comté de Roi, Washington, États-Unis. La population était 198 à partir du recensement 2010.
Skykomish a été fondé comme une ville de chemin de fer pour faciliter le transport des marchandises de filatures  nombreuses dans la région. Aujourd’hui, c’est principalement un point important pour l’accès aux loisirs des montagnes environnantes, y compris le ski, notamment à Stevens Pass.

La bibliothèque
Le train ici fait partie de l’histoire de la petite ville: les gens s’amusent sur un train miniature
Pont de la ville, plus petit que le fameux Bridge of the Gods de Cascade Locks
Skykomish est entourée de montagnes
Architecture de la ville
.

 

 

MARDI 12 SEPTEMBRE: mon nouveau filtre pour l’eau (l’actuel étant défectueux) arrive aujourd’hui à l’hôtel où je me repose. Je pense partir cet après-midi sur le chemin.

Finalement mon filtre n’étant pas disponible j’annule ma commande et pars à 14h sur le chemin.

Tiens? Douleur musculaire à l’épaule gauche aujourd’hui? L’omoplate plus exactement

Il n’y a pas que les pies qui volent. Ce soir au bivouac je me couche tôt. À peine 5 secondes après mon coucher des geais se posent près de ma tente et cherchent des restes de nourriture. Un geai s’empare alors de ma petite éponge, la prenant sûrement pour un morceau de pain. Je pense qu’il va se rendre compte, que cela n’est pas comestible et abandonner l’objet de son vol. Mais non il s’acharne dessus et commence à l’abîmer. Je suis donc obligée de me lever pour récupérer mon bien. Il ne se laisse pas faire l’animal. Il part dans un buisson pour se mettre hors de portée de moi. Je réussi tout de même à récupérer mon éponge un peu émiettée.

Geai voleur (ce voleur là est gris et blanc, il existe une 20aine de geais aux USA de couleurs différentes)
Pas mal mon bivouac non?
Beau cèpe trouvé sur le chemin
Belle taille ce cèpe!

 

 

MERCREDI 13 SEPTEMBRE: du mile 2467.3 au mile 2486.7

LA GRASSE MARMOTTE

Très belle journée alternant petites zones boisées et vues dégagées. Sublime étape!

2 ascensions aujourd’hui dont Grizzli Peak. Le temps est beau et chaud. Mon sac est lourd puisque je porte 7 jours de nourriture donc ma douleur à l’omoplate est encore plus forte. En touchant les règlages du sac j’atténue un peu la pression sur mon dos.

J’ai la surprise de voir une grasse marmotte à 1 m du chemin. Pas farouche l’animal. Elle se dresse sur ses pattes arrières pour mieux me voir aussi.

Ce chemin que j’aime tant redescend tout tranquille de Grizzli Peak
Belle ma marmotte n’est-ce pas?

 

 

JEUDI 14 SEPTEMBRE: du mile 2486.7 au mile 2506.2

Il fait de plus en plus froid la nuit, dur de sortir du duvet le matin.

Aujourd’hui j’avance pratiquement toujours en crêtes avec des panoramas à couper le souffle: je suis dans la région de Glacier Peak et Portal Peak. Le beau temps me permet de faire de belles photos.

Malheureusement la saison de la chasse est ouverte et j’entends des coups de feu! Ça gâche un peu mon plaisir. Dès que je vois un animal je lui dit « cache toi bien ».

Glacier Peak
Méandres d’une petite rivière au fond de la vallée. Au 1er plan les feuillages rouges des blueberries en cette fin d’été
Je récolte de l’eau dans une saesonnal Stream
Glacier Peak derrière moi. Il me faudra 2 jours pour le contourner

 

VENDREDI 15 SEPTEMBRE: du mile 2506.2 au mile 2529

JOURNEE CHAMPIGNONS

Au réveil aujourd’hui, du givre est visible, surtout aux versants Nord. Il fait froid. Aussi je démarre chaudement habillée avec gants et cagoule de laine.

Pause déjeuner au mile 2517 à Red Pass. Pas pressée de descendre car la vue est splendide et le temps magnifique. Pourtant j’ai encore une longue descente vers le magnifique Lac Mica aux eaux turquoises et ensuite une longue montée pour atteindre mon bivouac. Ici les descentes en vallées ne me laissent pas de répit: dès que je franchis les rivières dans les vallées, cela remonte direct, aucun plat pour reposer un peu ses muscles.

Ce soir je dors à Dolly Vista Trail Camp avec vue panoramique sur des montagnes. J’ai hâte de voir le lever de soleil demain.

 

Énorme le cèpe!
Pause lunch au sommet
Mica Lake
Mica lake
Ne vous y trompez pas, l’eau est très très froide, pas question d’y tremper un orteil!
Lac Mica
Red Pass!!!! Pause déjeuner très agréable

 

 

SAMEDI 16 SEPTEMBRE: du mile 2529 au mile 2554.6

Comme je m’y attendais le lever de soleil est MA. GNI. FI. QUE!

Mes muscles souffrent un peu des 2 cols franchis hier. Mais au fur et à mesure de la matinée, cela s’améliore. Aujourd’hui je n’ai qu’une montée, 10 miles, mais moins raide que les montées de hier.

Je vois beaucoup de cèpes aujourd’hui dont un qui fait environ  50 cm. Je l’ai pris en photo mais je ne peux mettre un objet de comparaison à côté car il est dans un fossé très pentu inaccessible.

 

Sunrise à 6h du mat depuis mon bivouac. Dans ces moments là je réalise la chance que j’ai d’être ici
Énorme ce cèpe: 50 cm d’envergure peut-être
Les troncs d’arbre sont parfois très larges

 

DIMANCHE 17 SEPTEMBRE: du mile 2554.6 au mile 2569.4 puis bus jusqu’au DERNIER ravitaillement à Stehekin

Il me reste 14.9 miles pour arriver à High Bridge Ranger Station, tout en descente. Je ne dois toutefois pas traîner si je veux avoir le célèbre bus rouge qui pour

8$ m’amènera à Stehekin, non sans oublier de faire une pause gastronomique (et commerciale) à la fameuse boulangerie 2 miles avant la ville. Les hikers affamés se font avoir à chaque fois. Impossible de lutter contre tant de gourmandises alléchantes.

Ce matin, j’évolue au fil  de l’eau qui coule dans de splendides gorges, le début du National Park North Cascade.

Je prends le temps d’une pause déjeuner pour finir les 2 barres céréales qu’il me reste. 2 petits chipmunks tentent des approches, attirés eux aussi par ce festin. Je fais toujours attention à ne pas laisser de miettes là où je mange car il ne faut pas les nourrir, cela n’est pas bon pour eux.

Dans le Red Bus je retrouve avec plaisir Françoise (Docteur Fly). Nous nous étions rencontrées à Seiad Valley dans le Nord de la Californie puis dernièrement à Skykomish. Nous décidons de prendre une chambre d’hôtel à 2.

La petite chaussure voyageuse regarde les saumons dans la rivière à High Bridge Ranger Station
10h: petite pause avant le lunch sous l’œil intéressé d’un chipmunk qui essaiera à plusieurs reprises de me chaparder de la nourriture
Joli balisage du PCT près d’un tentsite
Je quitte la région du lac Chelan pour North Cascade
Voici le bus qui pour 8$ nous conduit du PCT à Stehekin.
Lac Chelan… un petit air du lac Leman
Marina de Stehekin
Le ciel s’assombrit, signe annonciateur de la pluie qui arrive
Ce soir nous ne dînerons pas en terrasse: pluie, vent, froid
Notre hôtel et sa terrasse
Restaurant de l’hôtel
Stehekin River
.
..

.

 

LUNDI 18 SEPTEMBRE: zéro day à Stehekin

SEABISCUIT!

Je retrouve avec grand plaisir Seabiscuit à la Ranger Station. On se saute dans les bras tant notre joie est énorme, et c’est sous l’œil amusé des rangers que nous tournoyons ensembles. Ceux-ci ont l’habitude des effusions des hikers lors de retrouvailles et attendent sans oser nous déranger le retour à la « normale ». Bien souvent j’ai vu des hikers s’enlacer, s’embrasser, sauter sur place, tournoyer ensembles, pleurer de joie, crier, lors de retrouvailles. Plus rien n’existe alors dans ces moments là, seul l’amour sincère que l’on se porte, l’envie de se toucher pour réaliser qu’on ne rêve pas parlent. Les rires fusent, on se questionne vitesse grand V et sans retenue on dit à l’autre qu’on est  heureux de le revoir, qu’on l’aime… Oui on se dit ça, sans réfléchir. C’est si particulier l’amitié sur ce chemin! C’est indescriptible et si personnel!

Vous vous rappelez de Seabiscuit? Nous sommes partis de Campo le même jour, le 20 avril. Nous avons marchés quelques jours ensembles, avec son ami Zach. J’apprends que Zach a terminé son PCT rapidement car il a trouvé un travail. Nous dînons Françoise, Seabiscuit et moi au restaurant car avons beaucoup de choses à nous dire. Seabiscuit est sapé comme un Prince. Il a bien l’intention d’arriver au Canada tout beau tout propre.

Mes chaussures sont trouées devant, derrière, sur les côtés. Elles doivent tenir encore 4 jours avant de finir à la poubelle
Meilleur temps aujourd’hui à Stehekin mais nous savons que demain dans les montagnes nous aurons de la pluie et de la neige

 

MARDI 19 SEPTEMBRE: départ pour les 4 derniers jours sur le PACIFIC CREST TRAIL: du mile 2569.4 au mile 2586.3

Pour ces 4 derniers jours Françoise (Docteur Fly) et moi décidons de marcher ensembles. Ni l’une ni l’autre n’avions envie d’arriver seule au Monument marquant la fin du PCT au Canada. Seabiscuit est du voyage aussi. Il est entouré de 3 jolies jeunes filles avec qui il marchera durant ces derniers jours. Nous arriveront donc ensembles au Canada.

C’est en bus que nous rejoignons le PCT. Celui-ci fait encore une pause « commerciale » à la boulangerie. On se fait avoir encore une fois: quelques pains aux chocolats, croissants ou autres friandises avant 4 jours de mashpatatoes, nooddles, graines variées sur le chemin… cela ne peut pas nous faire de mal et surtout fait du bien au moral.

J’observe les saumons au High Bridge: ceux-ci sont ici depuis quelques jours déjà. Les femelles attendent le moment idéal pour remonter à contre courant la rivière et rejoindre leur lieu de ponte. Certaines y arriveront et après avoir pondu mourront, d’autres se feront manger par un ours affamé qui lui aussi attend là haut dans la montagne l’arrivée de cette manne annuelle.

C’est sous la pluie que nous démarrons le chemin mais il ne fait pas froid. Quelques éclaircies toutefois donneront un peu de couleur à la journée.

A un moment, Françoise chute sur le chemin et se retrouve, en une fraction de seconde, quelques mètres en contre-bas. Elle s’est fait mal au genou en tombant. J’enlève mon sac à dos et descends un peu en m’accrochant à des buissons pour l’aider à remonter. Elle se sent mal et fait un petit malaise. Je l’aide à s’allonger au sol et lui surélève les jambes quelques instants le temps pour elle de récupérer. Finalement il y a plus de peur que de mal et nous repartons en redoublant de vigilance. Il y a tant de cailloux, racines, bouts de bois sur le chemin que nous pouvons à tout moment chuter.

Toute la journée nous grimpons en direction de Rainy Pass.

Nous arrivons au lieu de bivouac assez tôt. Heureusement il ne pleut pas et pouvons monter notre tente au sec. Seabiscuit et ses 3 copines arrivent peu après. Il y a de l’ambiance ce soir, nous rigolons beaucoup. Nous sommes dans l’euphorie des derniers jours!!!

Les saumons attendent depuis plusieurs jours déjà le bon moment pour remonter la rivière. Les femelles retrouveront leur lieu de ponte et mourront… à moins qu’un ours ne les mangent avant
Petit pont suspendu
Large tronc

 

couleurs automnales

Pluie aujourd’hui, neige demain

 

MERCREDI 20 SEPTEMBRE: du mile 2586.3 au mile 2606.9

Givre ce matin. A partir de Rainy Pass, froid et neige au sol. Elle est tombée hier et tient. Lorsque nous descendons les versants au Nord, ça glisse. Nous devons être prudentes. Nous arrivons à Methow Pass et jouissons d’une vue magnifique une fois de plus. Washington est un Etat très sauvage avec de nombreux sommets dénudés.

Docteur Fly et moi arrivons les 1ères au bivouac. Seabiscuit et ses copines arrivent toujours plus tard.

A partir de Rainy Pass nous évoluons dans la neige au sol. Celle-ci tombe toute l’après-midi et tient au sol. C’est gelé. Il fait froid.
Docteur Fly (Françoise) est bien habillée pour lutter contre le froid
Ici quelques cm de neige mais parfois sur les crêtes il y a des congères de 1m déjà

 

JEUDI 21 SEPTEMBRE: du mile 2606.9 au mile 2627.7

NEIGE!!!

Noir et blanc (ciel et neige)

Pluie toute la nuit. Résultat tout est mouillé même le duvet et le matelas. Faire un sac à dos quand tout est mouillé n’est vraiment pas drôle, d’autant que les timides éclaircies de la journée ne nous ont pas permit de sècher nos affaires. A notre pause lunch à Hart Pass nous tendons la corde Dr Fly entre 2 arbres et étalons nos affaires. Les pauvres 5 mn de soleil ne sont pas suffisantes et nous repartons avec nos affaires toujours dégoulinantes d’eau. Nous allons avoir froid ce soir.

Encore 35 miles et nous serons au Canada
Neige, froid toute la journée. Je suis bien au chaud dans mes vêtements: pantalon waterproof, gants aussi, doudoune en véritable duvet d’oie, veste waterproof, cagoule100% pure laine Mérinos
les ponts de bois sont givrés donc glissants: be careful!!!

 

VENDREDI 22 SEPTEMBRE: du mile 2627.7 au mile 2646.4 (nous sommes à 3.7 miles du Monument)!

Froid cette nuit. Le sol est glacé. Comme les matins précédents nous avons une onglée en pliant nos tentes.

Objectifs du jour: Rock Pass et Woody Pass avec premières vues sur le CANADA.

A notre pause déjeuner nous arrivons à sècher nos affaires grâce à une belle éclaircie. L’après-midi le soleil nous réchauffera de nombreuses fois.

Nous faisons NOTRE DERNIER BIVOUAC… c’est drôle d’y penser….  à 3,7 miles du Canada. Seabiscuit et ses copines ont bien l’intention d’arriver au Monument ce soir pour y dormir. En passant il nous dit « a demain au Canada ».

La petite chaussure voyageuse à la neige
Au loin le dernier col avant le Canada: Woody Pass
Couleurs d’automne
Tetras du Canada (ancien nom: Tetras des savanes), pas effrayés par les marcheurs. C’est un peu notre perdrix. Chez le mâle, la face est noire, de même que la gorge et le large placard qui recouvre la poitrine. Il présente une teinte plus claire sur le manteau et la partie supérieure des ailes que sur l’abdomen où la terminaison noire des plumes lui confère un apparence mouchetée gris et blanc. La queue est mouchetée de noir avec une bande terminale chamois. Les yeux sont surmontés par des caroncules érectiles rouge vif. Les pattes sont emplumées jusqu’aux orteils, ce qui facilite sa progression dans la neige en hiver. La femelle est de taille plus modeste que le mâle. L’ensemble de son plumage présente un aspect moucheté brun et blanc. Comme le mâle, elle possède également une bande caudale terminale brune.

 

 

 

SAMEDI 23 SEPTEMBRE: du mile 2646.4 au Monument Terminus situé au mile 3650.1 + 14 miles sur un chemin qui nous conduit dans notre 1ère ville Canadienne MANNING PARK!

Il a fait moins froid cette nuit et surtout il n’a pas plut, ni neigé.

Nous sommes heureuses de savoir que  nous arrivons dans 3,7 miles au Canada mais inquiètes aussi. Sensation d’abandonner quelque chose d’unique. C’est un peu désagréable. Seule la joie de retrouver nos êtres chers (famille, enfants, amis) nous anime et c’est avec le sourire que nous marchons sur les derniers miles du PCT.

A 8H30 nous arrivons au Monument. 2 Allemands que nous connaissons bien y sont déjà ainsi que Seabiscuit et ses copines. C’est l’euphorie à notre arrivée. Nous nous disons tous CONGRATULATIONS!!!!!! nous crions, nous nous sautons dans les bras, nous tournons autour du Monument, nous dansons…. bref c’est la fête.

La frontière CANADA-AMERIQUE DU NORD est marquée par une ligne visible de plusieurs mètres de large. Les arbres et autre végétation sont taillés à cet endroit.

Avant de partir vers 9h pour les 14 premiers miles en terre Canadienne, Docteur Fly et moi buvons un café au Monument, histoire de retarder un peu la fin de notre aventure.

Pas de neige ce matin pour descendre au Canada
.
Le Monument signalant que nous sommes sur la frontière Canadienne. Voyez-vous la ligne droite marquant la frontière?
Docteur Fly et moi
Seabiscuit (sapé comme un Prince) et moi: nous sommes partis ensembles le 20 avril de Campo
Dr Fly signe le registre final
À mon tour, je signe le registre final (caché dans un tronc d’arbre coupé en 2 dans la longueur)
PCT 17: j’y étais!
Et voilà, nous arrivons dans notre 1ère ville Canadienne

 

 

Mes 1ers Dollars Canadiens

Fin de l’histoire…

 

9 commentaires

  1. A peine reçue cette dernière note, je n’ai pas pu m’empêcher de courir à la fin pour partager avec vous tous la joie de cette arrivée et de votre succès. Je prendrai bien sûr un peu plus tard le temps d’en savourer chaque pas…
    En Côtes d’Armor, pas encore de neige mais peut-être un bel été indien ?
    JM Prual

    J'aime

  2. Bravo. Belle aventure. Merci de nous avoir fait le cadeau du partage de ce long trek.
    A mon tour de vous faire cadeau de cette phrase du navigateur Michel Malinovsky, après son arrivée lors de la 2e route du Rhum (1978) : « Seule la victoire est jolie ».

    J'aime

  3. BRAVO pour cet Énorme défi.Merci pour nous avoir permis de te suivre dans cette incroyable aventure à travers ton blog.bon..maintenant ça va me manquer!!😉😀

    J'aime

  4. Bonjour Sophie,
    J’avais lu un article sur votre projet l’année dernière. Dans le Télégramme je crois. J’ai été ensuite très heureux de voir que vous vous étiez lancée. J’ai eu beaucoup de plaisir à vous lire et à regarder vos photos.
    Bravo et merci.

    J'aime

    1. Bonjour Didier,
      merci de l’intérêt que vous portez à mon défi.
      Eh oui je l’ai fait. Je suis extrêmement heureuse d’avoir vécu cette très belle expérience de vie sauvage.
      J’ai rencontré beaucoup d’animaux sauvages et fait de magnifiques rencontres humaines.
      J’ai beaucoup de chance et lorsque j’y repense j’ai encore aujourd’hui beaucoup d’émotion.
      Je vous souhaite une excellente journée. Merci.
      Sophie

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s