LA PETITE CHAUSSURE VOYAGEUSE: partie 3

Petit pêle mêle de photos non datées

Ici je filtre l’eau recoltée dans un maigre filet d’eau: 3 litres pour ce matin

 

Un peu d’exercice tôt le matin
Le jeu consiste a ne pas toucher l’eau avec ses pieds: operation reussie
bisou sur le groin?
Derniere photo de la mascotte de la maison. C’est un garcon au fait
Eh oui je sais je tire la langue c’est pas beau. C’est fou comme on a trouvé cela drôle

 

 

MERCREDI 17 MAI: de Wrightwood au mile 375.7

Ce jour je pars tard de Wrightwood aussi je ne marche que 8.4 miles.

Je suis toujours en compagnie de Tree et Geppetto se joint a nous. Je precise que nous avons tous des nouveaux noms sur le chemin: Tree est ce que l’on appellee ici un TRAIL NAME, Geppetto  est le trail name de Markus un Suisse et mon trail name a moi est Kimbi, ce qui ne surprendra personne. Certains marcheurs ont voulu me surnommer ‘charmed  snakes’ a cause de ma peur des serpents. Cela m’a fait beaucoup rire mais je préfère Kimbi.

Départ sur le chemin et déjà ça grimpe dur. Au fond de la vallée est tombé un nuage
Oups je n’ai fait que 373 miles. Plus que 2277 et vive le Canada
Petit écureuil gris pas farouche, les joues gonflées par je ne sais quel aliment, il se laisse prendre en photo
Pour Stela: ceci n’est pas une mise en scène. Petit caillou coeur au hazard de mes pas
Voila ou j’en suis a 17h [6565 feet ou pieds]. Encore 2 h de grimpe vraiment dure et j’atteins une hauteur de plus de 7772 pieds pour planter ma tente
LAMEL SPRING: petite source toute proche de mon bivouac. Le mont Baden Powell c’est pour demain a plus de 9000 pieds
Coucher de soleil depuis ma tente. Pour les enfants de la classe de l’ecole Jean Ferat, coucher de soleil en Anglais se dit SUNSET

 

JEUDI 18 MAI: du mile 375.7 au mile 395.2

Beaucoup de grimpe ce matin. Le mont Baden Powell est magnifique nous touchons presque le sommet mais decidons de ne pas y monter car nos sacs sont très lourds.

Aujourd’hui il y a une partie du PCT qui est fermée, un troncon de 5 miles. La raison pour une fois ce n’est pas pour cause d’incendie mais pour ne pas détruire une race de grenouille protégée. En effet, souvent les marcheurs longent ou traversent des rivieres ou ruisseaux dans lesquels se reproduisent des batraciens, nous écrasons les oeufs de grenouille ou les têtards sans le savoir. Respectons ces restrictions qui vont dans le sens du respect de la nature.

Splendide lever de soleil depuis ma toile de tente. Il est 5h du matin. Pour les élèves de CE1 CE2 de l’ecole Jean Ferat: lever de soleil en Anglais se dit SUNRISE. Et hop prenez vos cahiers

 

Ma tente au lever du jour
Je vois beaucoup de sapins et pins avec des troncs tortueux, torturés par les forts vents Californiens
Ce vénérable pin aurait plus de 1500 ans. Il est situé  sur le mont Baden Powell. Derrière ce pin le sommet du Mont Baden Powell tout proche et pourtant il faut rajouter plus d’une heure de marche si on veut l’atteindre
Geppetto, Tree et moi Kimbi sur le vieux pin.

 

 

VENDREDI 19 MAI: du mile 395.2 au mile 411.7

Pas trop de dénivelés aujourd’hui. Cela fait plusieurs jours

que je n’ai pas vu de serpents, normal car je suis sur des hauteurs trop froides pour les reptiles. A l’heure ou j’y pense, je ne savais pas que le lendemain une surprise de taille m’attendait.

Petite source d’eau. Tous les marcheurs s’y arrêtent pour filtrer la quantité d’eau dont ils ont besoin. C’est aussi a cet endroit que nous avons fait notre pause dej
Gigantesque sequoia près de notre pause dej

 

SAMEDI 20 MAI: du mile 411.7 au mile 430

LE SERPENT QUI TOMBE A PIC

Chaude journée, dure journée. Ravitaillement en eau près d’une station de pompiers. C’est 5 litres d’eau qu’il faut porter, car il y a 17 miles sans autre ravitaillement possible. En  plus ça grimpe pendant 4h.

C’est donc chargée lourdement que l’ascension commence.

Vers 13 h, alors que je passe près d’un arbre, j’entends un bruit de chute à ma droite. Je regarde alors à mes pieds et vois un serpent noir. Est il tombé ou a t il sauté? Toujours est il que j’en suis quite pour une très grosse frayeur car j’ai réalisé qu’il aurait pu tomber sur moi.

Bref nous stoppons plus loin pour déjeuner, fait pas bon trainer dans le coin.

Un peu plus tard dans l’après midi c’est un très gros serpent a sonnette qui nous attend. Il est très impressionnant, est recroquevillé sur lui même et semble prêt a attaquer le premier qui s’approche. Des que l’un de nous bouge un orteil, il se dresse mais ne pars pas. Pourtant il n’est pas sur le chemin, il est à notre gauche a environ 1 mètre du chemin. Visiblement il ne veut pas que l’on passe. Deux autres marcheurs arrivent et nous disent « ATTENTION il semble agressif celui là. Ne bougez pas ». Au bout de 10 mn il se décide enfin à partir mais au lieu d’aller loin de nous il se rapproche. Je suis en tête, effrayée, mais par peur je tape mes bâtons de randonnée au sol, ce qui lui fait prendre  enfin la bonne direction pour partir.

Agressif un serpent? Non disent la plupart des habitants du coin. Mais dans le doute mieux vaut être prudent. D’ailleurs, d’autres marcheurs sont passés au même endroit que nous et nous ont dit avoir été confrontés au même serpent [même description de taille, de couleur, d’agressivité, même mile] ce qui semble prouver qu’il n’avait pas peur de nous.

 

 

 

Heureusement, ma journée se termine bien: j’ai rencontré un magnifique renard argenté. Il s’est arrêté, moi aussi, nous nous sommes regardés sans bouger. Cela n’a duré que quelques secondes je pense mais ce moment fut magique. Finalement, maître Goupil est parti, sans se presser. J’ai pu admirer sa magnifique couleur, sa belle queue touffue et surtout son élégance. Quel bel animal. Pas de photo [j’aurais gâché le plaisir de juste le regarder]. C’est juste un moment furtif à vivre spontanément. J’aime ces émotions intenses qui me donnent le sourire jusqu’a la fin de la journée. Autant vous dire que je n’ai pas laissé  ma nourriture dehors cette nuit car le renard était tout proche du bivouac. Gourmand un renard? Je ne sais pas mais probablement opportuniste, alors prudence.

Pour les enfants de la classe de l’ecole Jean Ferat, pour Mathys, pour Liam et Nais: trouver le mot inscrit sur cette photo
Nos 3 silhouettes tôt le matin
Encore un rappel des miles entre la frontière Mexicaine et le Canada
Bivouac du jour avec vue splendide

 

DIMANCHE 21 MAI: du mile 430 a KOA

Seulement 14 miles a faire mais très forte chaleur. Aussi la cadence est rapide ce matin pour arriver au campground de Koa le plus vite possible, se mettre a l’ombre, prendre une douche et pourquoi pas profiter de la piscine. Le luxe.

 

Le jour se lève, il est 5h

Nom du lieu de bivouac
Gros roc en forme de coeur
Voici les indications que l’on peut trouver sur le PCT. D’ailleurs nous avons fait appel a Mary

Après les montagnes vertes, je retrouve les sommets désertiques.

 

LUNDI 22 MAI: 0 day

Mary la trail angel que nous avons contactée grâce a son petit panneau de bois sur le chemin, nous dépose a ACTON. Nous y prenons un delicieux breakfast, allons à la bibliotheque pour mettre à jour nos blogs ou autre. Demain nous partirons très tôt, je pense vers 4h ou 5h car il fait très chaud.

Super breakfast au Crazzi Ottos avec mes amis Tree, Ping, Nita et Markus

On a fait de l’auto-stop et nous sommes 3 dans le coffre: Nita à gauche, Ping au milieu et moi à droite

 

 

MARDI 23 MAI: de KOA au mile 454.5

Aujourd’hui seulement 9.9 miles à faire puisque je m’arrête chez un trail angel renommé Hiker Heaven. C’est comme chez Frodo et Scout mes hôtes à San Diego mais pas le droit de rentrer dans leur maison, pas de barnums dans le jardin. Dans l’ordre d’arrivée nous sommes pris en charge et on plante sa tente ou on fait du cowboy camping où on veut dans le jardin. Il y a aussi un vieux mobil home, et quelques vieilles caravanes. Moi je fais du cowboy camping entre le poulailler et le paddock des 3 chevaux de la maison. Les poules et leur coq sont en liberté dans la journée. Celui-ci est agressif, il cherche à me picoter les mollets, les ailes déployées pour m’impressionner. En plus il chante à toute heure. On verra bien qui de nous 2, c’est-à-dire le « fou chantant » ou moi, sera levé aux aurores pour réveiller l’autre. Nom d’une pipe! Hihihi en fait je salive déjà car demain je me lève à 4h du mat… hihihi

Chez Hiker Heaven il y a aussi 5 chiens… et près de 50 hikers par Jour.

Ici s’applique le système de donations.

Toutes les heures un pick up de chez HH (Hiker Heaven) descend en ville: il amène des hikers faire des courses, manger en ville ou toute autre occupation. Il ne remonte jamais à vide car le conducteur du véhicule a l’œil et cherche des nouveaux hikers qui traînent en ville. C’est comme ça que nous avons été trouvés d’ailleurs. Alors que nous étions au café, un homme s’est approché et nous a demandé si nous voulions aller chez HH.

Dans la cour il y a de petites tentes dans lesquelles il y a possibilité de laver son linge, charger nos appareils électroniques, prendre une douche, préparer des colis…

J’ai pris une douche chaude à l’extérieur. C’est bien plus sympa que de se laver dans les rivières froides.

Cette plante est signalée car il s’agit d’un Poison Oak. Si on la touche il y a un risque de brûlure de la peau
Petites sculptures de grenouilles. Qui a fait ça ?
Vasquez Rocks juste avant la ville de Agua Dulce, ville où habite Hiker Heaven
Vasquez Rocks
Vasquez Rocks.
Vasquez Rocks..
On voit les sédiments de Vasquez Rocks
Vasquez Rocks….
Un très bon café où les Pct hikers sont bien reçus
Selfie de groupe juste avant que le conducteur du pickup nous trouve
Mon lit entre le poulailler et le paddock des chevaux: cowboy camping
Soulèvement de plaques rocheuses
À droite la maison de HH, le mobil Home, une petite caravane
Ambiance avec de la bonne musique
Des tentes partout dans le jardin. Il n’est que 14 h, beaucoup de hikers arriveront plus tard. La nuit pour aller aux sanitaires c’est risqué car on peut se prendre les pieds dans les ficelles des toiles de tente. Be careful
Les tentes à notre disposition
Tente pour charger nos appareils électroniques
Ma petite douche extérieure
Cactus dans le jardin: bizarre pas de tente à côté… hihihi
Cactus

Les tentes sont éloignées de ce petit jardin de cactus. Aïe ça pique
Sous l’arbre il y a le poulailler et mon lit
Quand je suis couchée: ce soir je ne verrais pas les étoiles mais les ramifications des feuilles de l’arbre
Rocking-chairs supportant Markus alias Geppetto
Alors que je fais mes courses, des cavalières arrivent, attachent leurs montures et entrent à leur tour dans le magasin; normal on est en Amérique
Les poules et le méchant coq en liberté entres nos tentes

 

MERCREDI 24 MAI: de chez Hiker Heaven a CASA DE LUNA du mile 454.5 au mile 478.4 soit 24 miles

Réveil avant le chant du méchant coq: 4h

5 h: départ tranquille sur au moins 2 miles de route avant de retrouver le chemin. Ça grimpe pendant 3 h après c’est alternance de up and down. Début d’après-midi pareil forte montée pendant 2 h puis up and down.

Je marche seule. En chemin je rencontre un Français prénommé Gérard. Nous sympathisons alors que je photographiais encore des sculptures de grenouilles. Nous avons du coup terminé la journée ensembles puisque nous marchons du même pas.

Au milieu de l’après-midi Gérard et Ping ont été agressés par des abeilles: 3 piqûres pour Gérard, 1 piqûre pour Ping. Je ne sais pas pourquoi j’y ai échappé.

Arrivés au mile 478.4 nous faisons de l’auto-stop pour aller chez le couple de trails Angels de Casa de Luna. Cela vaut le détour comme vous le verrez sur les photos et l’ambiance est exceptionnelle. Quel accueil! Inoubliable!

Casse automobile, caravanes… Il y a même un avion
Dans quoi ça pousse?
Lézard long comme mon avant bras
Endroit où j’ai rencontré Gérard
Lézard sur ma chaussure: en fait une chenille était tombée sur mon pantalon et le lézard gourmand, ou gourmet, n’a pas attendu que je m’en débarrasse et est monté sur moi pour la dévorer
Table chez Joe et Terry les trails Angels de Casa de Luna: recharge de nos appareils électroniques
A notre arrivée 2 directives: enfiler des chemises Hawaïennes et se laver les mains. Au fond des draps sur lesquels nous pouvons inscrire quelque chose
De dos, chaussettes vertes, Terry la propriétaire des lieux
Beaucoup de hikers. Dîner végétarien servi à 19h. Le lendemain matin c’est Joe qui nous préparera des pancakes… hum délicieux! Avant de prendre la route ça fait du bien
Dans le jardin de multiples débris de bâtiment jonchent le sol où sont coincés dans les arbres. Ceux-ci sont l’œuvre des hikers. N’étant pas artiste je ne m’y suis pas risquée
C’est du grand art
Tentes entre les arbres
C’est dans cette « poubelle à hikers » que Terry nous amènera le lendemain à notre point de départ… en robe de chambre… et toujours avec ses chaussettes vertes
Hawaï ? Non Casa de Luna
On a les mains propres on attend le dîner
Manque de chaises? Il y a jusqu’à un fauteuil roulant si besoin
Débris de bâtiment décorés au sol

 

 

JEUDI 25 MAI: du mile 478.4 au mile 493.4

BROUILLARD et PLUIE

15 miles aujourd’hui

Départ dans le brouillard, la pluie et le vent. Heureusement le vent a chassé les nuages et l’après-midi nous marchons de nouveau sous le soleil. De 10 degrés le matin nous passons à 30 degrés l’après-midi. Je suis toujours en compagnie de Gérard et Ping est avec nous. Son amie Nita à 1 Jour d’avance tandis que Geppetto et Pinochio (ex Tree) sont 1 Jour après nous à cause d’un problème de santé. Ainsi va le PCT. Tu marches avec quelqu’un un jour et avec quelqu’un d’autre un autre Jour.

Pas de photos aujourd’hui, trop mauvais temps.

 

 

VENDREDI 26 MAI: du mile 493.4 au mile 517.6 soit 24 miles à Hiker Town

Demarrons à 6 h là encore sous la pluie. Il faudra attendre l’après-midi pour avoir le retour du beau temps.

J’ose sortir mon appareil photos malgré le mauvais temps du matin car un moment nous évoluons dans un très joli sous bois.

Arrivons à Hiker Town vers 17h30. Ne cherchez pas cette ville, elle n’existe pas. C’est un village entièrement construit par Bob un trail angel. Lorsque nous arrivons chez lui nous pouvons dormir doit dans nos tentes c’est alors 5$ où loger dans une des petites habitations construites par Bob, cela nous en coûte alors 10$. Gérard et moi dormons à « l’hôtel » tandis que Ping et Nita logent dans un vieux mobil home. Il y a là aussi un vieux camping car. D’après les photos vous pourrez voir les petites maisons de bois construites: il y a une église, une école, une prison, un post Office,… et bien d’autres. Personne ne dors dans la Rolls Royce où la voiture de police.

500ème mile
Joli sous bois aux couleurs roses et vertes
Belles couleurs
Au loin la plaine: objectif du soir
Paysage changeant: petits monts, terres de pâturages
Petit canyon

Arrivée enfin dans la plaine dans laquelle nous évoluerons demain

 

Hiker Town avec l’hôtel où je dors avec un frontal rouge
Voiture de police ancienne
Rolls Royce
Saloon
Ouf un shérif fait régner l’ordre ici. L’hôtel est juste à côté
L’école
Boutique
Prison
Les montagnes au loin sont celles que nous avons descendues ce matin. Encore des nuages là-haut
Ma chambre
Mur orné de vieilles photos dans ma chambre

 

 

SAMEDI 27 MAI: du mile 517.6 au mile 540.3 soit 22.7 miles. Arrivons à Tehachapi aux portes du désert de Mojave.

ACQUEDUC ET EOLIENNES

Le matin je pars avec Gérard uniquement.

Nous évoluons la première partie de la journée le long de l’immense acqueduc de Los Angeles. C’est plat, non habituel, nos plantes de pieds sont donc soumises à rude épreuve.

Le tracé nous amène ensuite dans le parc d’éoliennes de Tehachapi où nous trouvons enfin du dénivelé positif. Nos plantes de pieds sont un peu soulagées.

Il nous faut sortir du parc éolien pour trouver notre bivouac pour ne pas être abrutis par le bruit qu’elles produisent. Malgré l’éloignement je les entends encore aussi je dors avec des bouchons d’oreilles.

Tout au long de la journée beaucoup de water caches avec des sodas bien frais. Il y a même un habitant du coin qui nous offre des sandwichs à l’ombre de son jardin. Quand nous voyons le panneau c’est trop tard nous avons déjà mangé. Dommage.

Los Angeles acqueduc
Le même acqueduc mais enterré
Yuccas: un petit air de Joshua Tree
Ciment au dessus de l’acqueduc: quel animal à fait ça? Coyote, chien, …?
Mon compagnon de marche Gérard
Éoliennes en vue

 

DIMANCHE 28 MAI: du mile 540.3 au mile 558.5 soit 18.2 miles

Dernier tracé en Californie du Sud

Lever: 4h

Départ: 5h

C’est tôt mais cela nous permet d’évoluer sur des versants à l’ombre le matin. C’est toujours ça de gagner. Cela est plus facile d’autant que ça grimpe. En plus on boit moins d’eau donc moins de litres à porter.

L’après midi est difficile mais comme nous avons marché vite le matin nous arrivons à Tehachapi vers 14h. Même pas besoin de faire de l’auto-stop. Arrivés à la jonction avec la route nous voyons un couple qui remonte dans  leur voiture. Nous leur demandons s’ils veulent bien nous conduire en ville. C’est ok!

Au revoir éoliennes
Sunrise
1er canyon passé au lever du jour
Petite fleur du désert
Petites fleurs du désert
Water cache avec même des pommes. Hum des produits frais c’est bon
Encore un autre parc éolien: Tehachapi park
Derrière les éoliennes le désert de Mojave

 

LUNDI 30 MAI: Memorial Day

Repos

Un défilé traverse la ville

Il y a du monde, l’ambiance est à la fête

 

 

MARDI 31 MAI: je vais au post Office et récupère le colis que Dom m’a envoyé avec dedans une très agréable surprise: des crêpes Bretonnes. C’est fou comme cette simple intention me rend heureuse, je sors du post Office avec un sourire jusqu’aux oreilles.😍

Dans les rues de Tehachapi il y a une belle coccinelle
Je fais partie de la promo 2017
Quelle joie de recevoir mon colis, c’est comme mon anniversaire: crêpes Bretonnes, barres céréales Bretonnes à haute valeur énergétique 300 calories (pas d’équivalent ici), une nouvelle petite chaussure en bois, des warmers pour orteils, une batterie solaire, un morceau de tapis mousse de sol qui me servira pour me protéger du froid en Sierra Nevada mais je peux aussi l’utiliser pour me protéger du soleil demain dans le désert de Mojave et bien sûr mes nouvelles chaussures. Énorme merci Dom
À gauche chaussures neuves, à droite les chaussures avec lesquelles je marche depuis le 20 avril. Pour elles c’est terminé, poubelle
Il était temps d’avoir les nouvelles chaussures car plus d’accroche avec les vieilles

Pendant ce temps les enfants vont à l’école

 

JEUDI 1er JUIN:

La petite chaussure voyageuse se compare à mes chaussures
Quelques nuages ce matin
Moins de zones désertiques aujourd’hui, un peu d’ombre
J’avance… ben si quand même
Ce signe, c’est comme un appel à continuer
La petite chaussure voyageuse se régale du paysage

 

 

VENDREDI 2 JUIN: du mile 603.9 au mile 620.7

4 degrés le matin, démarrons avec nos gants, plus de 40 degrés l’après-midi. Contraste du désert.

Aujourd’hui je rêve de sodas bien frais et d’oranges… Allez savoir pourquoi?

Vers 11h mon rêve se réalise… en plein désert 🌵

Mon rêve: des trails Angels arrivent: nous les aidons à s’installer avant de bénéficier des douceurs alimentaires: fruits et légumes frais, sodas frais, brownie fait maison, sucreries diverses… ils nous offrent même des cartes postales. Il n’y a pas d’oranges mais des clémentines. Hum
Installation de la toile d’ombrage et des chaises
Tout le monde s’occupe du montage … ou presque
Cette boisson concombre et menthe est délicieuse
Fruits du yucca dans le désert
Miam miam

 

SAMEDI 3 JUIN: du mile 620.7 au mile 643.5

Pour ne pas souffrir du chaud nous nous levons à 3h du matin et sommes sur le chemin avant 4h avec nos lampes frontales

Vers 11 h vue pour la 1ère fois sur la plus haute montagne d’Amérique du Nord le mont Whitney, et les sommets enneigés de la Sierra Nevada.

Départ à 4 h
Il est 5h, le Jour se lève. Éteignons nos lampes
Tortues géantes dans le coin. Malheureusement je n’en ai pas vu
Une water cache juste avant une grosse montée. Très appréciée
11h: je vous présente à gauche sur la photo les sommets enneigés de la Sierra Nevada et à droite le Mont Whitney pointu. Lui aussi a de la neige.

 

DIMANCHE 4 JUIN : du mile 643.5 au mile 651.3 car nous faisons une étape ravitaillement à Lake Isabella.

L’autostop aujourd’hui pour cette ville s’avère difficile car la ville est à plus de 40 miles du chemin et les gens qui passent sont des vacanciers qui ne connaissent pas les PCT hikers. 2 h de galère en plein soleil sans ombre.

Nous devons notre salut encore une fois à un trail angel qui passait par là pour ravitailler une water cache à Walker Pass. Du coup Nous l’aidons à décharger sa voiture (il n’a pas apporté que de l’eau, il a aussi des fraises, des sodas dans des glacières, des chips et autres victuailles qui seront appréciés par les hikers du Jour) puis comme il habite à Lake Isabella il Nous y conduit. Nous prenons une chambre au Motel Isabella. Très bon service de la part de la propriétaire et personnel formidable. Je recommande l’adresse.

Petite info: après Walker Pass, nous quitterons définitivement la Californie du Sud pour marcher enfin en Californie Centrale.

Motel Isabella avec piscine

Si vous passez par là un Jour, arrêtez vous à cette adresse qui sait recevoir les hikers. On nous a même offert des fraises 🍓🍓🍓  🍓

La petite chaussure voyageuse: partie 2

  1. Vendredi 5 mai: seulement 4 miles

Aujourd’hui repos obligatoire après mon insolation de hier.

Je quitte Banning vers 15h30 et pars en compagnie de mon amie Tree à partir du pont qui est entre l’autoroute et le chemin de fer. C’est à cet endroit qu’il y a des trails Angels qui se relayent à tour de rôle pour assurer l’aide que nous apprécions grandement🙂. Sur des cartons chacun peut inscrire un mot de remerciement. Ces endroits nombreux sur le chemin sont appelés Magic Trail.

Aujourd’hui nous ne marchons que 4 miles mais avons prévues de nous lever à 4 h demain matin pour marcher avant les hautes températures.

Là-bas hier
Aujourd’hui ici dans la région de Cabazon et ses éoliennes appelées Wind Turbines
Mon premier cowboy camping
C’est cool le cowboy camping
Coucher de soleil à la belle étoile
Dans les glacières: boissons fraîches, fruits frais, et bien sûr de l’eau pour nos corps assoiffés
Magic Trail: arrêt obligatoire

Samedi 6 mai: du mile 214 au mile 235

C’est l’anniversaire de ma sœur Florence!

Lever: 4h

Départ: 4h45: normal pas de tente à plier puisque cowboy camping 🙂

Ça fait une heure que nous marchons à la frontale. Voici le lever du jour. Éteignons nos lampes
Couleurs du matin
Au revoir éoliennes
White water river
Je tourne le dos aux montagnes de San Jacinto
Pause déjeuner les pieds dans l’eau fraîche mais avec mes Crocs roses
À l’attaque d’un nouveau massif montagneux qui me réservera une surprise très désagréable

DIMANCHE 7 MAI: DÉSOLATION

Du mile 235 au mile 256

Pourquoi désolation? Les photos sont parlantes mais je précise: en 2015 un terrible incendie à ravagé le massif. Aujourd’hui on peut encore par moments sentir l’odeur de feu. Le reste de la jounée nous évoluons dans la neige qui tombe sans discontinuer. Il fait froid, très froid. Températures en dessous de 0 degré.

Bad day donc.

Encore un endroit appelé Magic Trail: c’est noté sur la poubelle qui contient à manger et à boire: cela nous réchauffe le cœur et le corps un moment.

 

Tiens distance en km: plus que 3900. Youpi

LUNDI 8 MAI: du mile 256 au mile 266 puis direction Big Bear Lake, ce qui veut dire Lac du gros ours. Joli nom de ville. D’ailleurs des statues d’ours en bois sont omniprésentes dans la ville: devant les maisons, les magasins, au bord des routes… partout

Au réveil tout est gelé au bivouac: nous avons allumé un feu ici pour déglacer nos réserves d’eau et réchauffer nos pieds et doigts gelés. Juste le temps de plier la tente (5 mn) et c’est l’onglée
Vue lointaine de Big Bear Lake
Plus nous descendons et moins il y a de neige. Tiens premier yucca. C’est bon signe
Au mile 266 encore une water cache. Au sol dans le carton, des bonbons et des sucettes
Quelques conseil et bonnes adresses
Oh oui bien besoin d’un massage des pieds

MARDI 9 MAI: ma journée de repos à Big Bear Lake

Petite ville dont les 2 activités principales sont: la montagne, c’est une station de ski, mais aussi les activités nautiques puisqu’il y a un grand lac.

En attendant de voir des ours et ratons laveurs pour de vrai en voici pleins dans les rues.

Architecture typique
Maison de pierres et bois typique du coin
Croquignolet comme dirait ma sœur Florence
Little house
Sur la route en rentrant de la ville couleurs pastels au dessus du lac
Soir
Essayez de compter les vélos… hihihi
Les PCT hikers sont les bienvenus ici
Pour les élèves de l’école Jean Ferat et Mathys: il y a un ours sur cette photo. Où se trouve t il?

 

Il s’agit de la plus vieille usine de la ville, le bâtiment a 1200 ans. À côté une très vieille voiture
Quelle âge peut bien avoir cette voiture?

Ca me fait penser à une vieille série Américaine. Pas vous?

Traces de pattes d’ours sur le toit
J’espère vraiment en voir en vrai

MERCREDI 10 MAI: 21ème jour

Tree et moi partons tard de Big Bear Lake puisque nous n’avons que 10 miles à faire environ. C’est ainsi que nous voyons les choses: puisque nos sacs sont lourds (autonomie de 6 jours de nourriture), nous ferons des petites journées de marche au début (les 1er et 2ème jours) et au fur et à mesure que notre nourriture diminuera nous augmenterons nos journées de marche.

C’est au cours de cette après midi de marche que nous rencontrons un violoniste.

Chacun son superflu: moi c’est un livre de poche, Mikaël c’est un violon

JEUDI 11 MAI: du mile 276 au mile 293

C’est un bad day pour nous: en effet toutes 2 étions trop confiantes, nous marchions sans regarder nos GPS et hop, à une jonction nous nous sommes engagées sur un mauvais chemin qui porte le nom de Cougars trail. Voilà comment on fait 2 h de marche supplémentaires avec un sac lourd😬. Bien fait. Que cela nous serve de leçon.

Nom de notre erreur de parcours

 

 

Beaucoup de jolies fleurs, belle forêt mais encore des arbres calcinés


 

VENDREDI 12 MAI: 23ème jour

Du mile 293 au mile 313

Canyonland

Après les montagnes vertes de ces derniers jours avec de multiples pins et sapins j’enchaîne les canyons aux collines assèchées de Californie du sud

Hot Spring: je me suis baignée là car comme le nom l’indique les eaux sont chaudes. C’est un endroit où il y a plusieurs piscines et beaucoup de gens viennent s’y baigner
Ce midi je cuisine des nouilles Chinoises au bord de la rivière, c’est prudent d’être au bord de l’eau car le risque d’incendie est énorme. Je ne voudrais pas être responsable d’un désastre écologique.
Je n’ai pas réussi à identifier l’animal en haut du rocher. Y arriverez-vous? Écureuil? Martre? Autre?
Toute la matinée j’évolue à flanc de montagne sous une forte chaleur
Moi là haut sous le soleil, l’eau en bas. Je l’entend toute la matinée mais ne l’atteindrait que vers 13h au moment de cuisiner mon repas. Cruel

L

Rare de voir la distance en kilomètres. Petit calcul mental pour les élèves de la classe de Ce1-Ce2 du Sépulcre: 4960 km – 500 km = …. ?
De quoi peut bien se nourrir cet arbre sur son rocher? Les racines sont à nu
Rainbow Bridge
Petite plage au fond du canyon
Barrage de retenue d’eau: mon bivouac est juste à côté

SAMEDI 13 MAI: du mile 313 au mile 329.5

Plus petites montagnes par rapport aux autres jours. Nous évoluons toujours à flanc de montagne et voyons une immense plaine avec de grands ranchs et des troupeaux de vaches et chevaux. Malheureusement dans ces montagnes encore de la végétation incendiée. Je sais que j’en verrai d’autre mais je souffre de voir cela. Plus de vie, les animaux y ont péri où sont partis plus loin. Combien de temps pour que la vie y revienne? J’y vois quelques lézards et oiseaux mais rien d’autre. Je me surprend à espérer y voir des serpents.

On commence par ça ce matin. Pour nous c’est comme un jeu, celui qui tombe à l’eau a un gage. Un rien nous amuse. Personne ne tombe à l’eau finalement
Travail des castors
Seules quelques plantes vertes ont encore la force de pousser après un incendie. C’est triste
Dans cette plaine beaucoup de retenues d’eau pour permettre aux troupeaux de s’y abreuver. Je les ai vu s’y baigner
Au loin le sommet que nous atteindrons dans 2 jours
L’après-midi Sylverwood Lake. Là encore nous sommes en hauteur et ne profitons pas de sa fraîcheur
Un moment nous sommes près de la plage mais il est déjà tard et le bivouac encore loin

Ce soir nous faisons du cowboy camping à une aire de pique-nique avec eau et électricité. Je choisis un emplacement bien moelleux sur l’herbe, certains dormiront sur les tables. Nous sommes 5 personnes et avons faim, alors nous commandons une pizza et des boissons fraîches. Nuit merveilleuse à la belle étoile

DIMANCHE 14 MAI: du mile 329.5 au mile 347.2

Jeu d’ombre Chinois: pour les élèves de l’école Jean Ferat du Sépulcre et Mathys: quelle peut-être selon vous l’ombre au sol?

À Cajon Pass tout près du PCT il y a un Mac Donald: curieux tous les PCT hikers font ce détour. Dès que l’un d’entre nous franchi le seuil du Mc Do tous applaudissent. Super ambiance. Difficile de se faufiler entre les sacs. Ceux qui ne sont pas hikers s’interroge sur cette odeur de transpiration qui flâne dans les lieux!
Mc Do
Ça ne doit pas sentir bon dans le Mc Do car aucun des PCT hikers ne s’est lavé depuis 4 jours
Tunnel sous la voie ferrée
« Et j’entends siffler le train, tralalalalère… »
Jolies formations rocheuses. Je reconnais bien là l’Ouest Américain
Ce n’est pas le Jour pour passer des crêtes car beaucoup de vent. Si fort que par moments on perd l’équilibre
Water cache. C’est à cet endroit que nous campons. Cowboy camping. Mauvais choix comme vous le verrez demain matin
Pas farouche le lézard qui mange

LUNDI 15 MAI: du mile 347.2 à Wrightwood

Comme je disais hier mon plan cowboy camping s’avèra mauvais: nous sommes réveillées vers 2h30 du matin car il pleut. Nous plions toutes nos affaires et à 3 h sommes sur le chemin. Tout est mouillé et rangé n’importe comment dans le sac.

Aujourd’hui nous marchons 11 h dont 10 h de grimpe. Vers 7h30 – 8h ce n’est plus de la pluie qui tombe mais de la neige. Toute la journée il fait entre 2 et 3 degrés et il y a un vent fort. Les arbres sont givrés, moi aussi. J’ai très faim. Mon corps commence à demander plus à manger depuis quelques jours. Il me faut faire attention.

Hier me trottait dans la tête un vieil air d’une chanson Française de Jean Patrick Capdeviel je crois (pas sûre de l’orthographe) « Quand t’es dans le désert – depuis trop longtemps – tu tdemande à quoi ça sert …. » et aujourd’hui je chante « Petit papa Noël… »

Une éclaircie et je prends quelques photos de ciel bleu
Blanc sur fond noir
Aiguilles d’un pin givrées
Complètement givré celui-là aussi

 

Ouf enfin au chaud chez des trails Angels dont voici la photo de leur animal de compagnie
Beauté du givre sur les pins