LA PETITE CHAUSSURE VOYAGEUSE: Partie 1 Vivez ici mon récit de voyage en temps réel

 

Voici enfin en ligne le chapitre vous permettant de me suivre lorsque je serai sur place à partir du 17 Avril 2017.

Ce sont les élèves de la classe de CE1-CE2 de l’école Jean Ferat  du Sépulcre, à Plérin, qui ont trouvé le titre « La petite chaussure voyageuse ». Aussi je les remercie vivement pour leur participation active. J’ai en effet présenté mon défi sportif à ces 26 élèves le lundi 6 février 2017 et ce fut un vrai partage, une merveilleuse rencontre. Au vu des nombreuses mains levées et éclats dans leurs mirettes, j’ai pu constater l’intérêt qu’ils portaient à mon histoire.

Voici les prénoms des 26 élèves de cette classe qui suivra mon parcours:

Nino, Loane, Timothé, Ilyana, Ethan, Titouan, Louise, Louan, Liza, Guénaël, Léo, Camille, Joran, Clément, Léa, Aïena, Andy, Antoine, Anouk, Alicia, Maéna, Jowan, Lindsay, Keyvan, Lya C, Lya E et bien sûr leur instituteur Nicolas.

Allez allez, en route pour l’aventure.

 

lundi 17 avril 2017 JOUR 1: LE VOL… TRES LONG VOYAGE… LONG LONG LONG, TROP LONG

C’est sous la pluie que nous quittons l’aeroport de Paris Roissy Charles De Gaulle, il fait froid. (je ne trouve pas l’accent pour mettre sur le e… ah ce clavier Americain). En fait y a pas d’accent en Américain. HI HI HI

11H35 decollage reussi, en compagnie de Martin mon compagnon de voyage de nationalite Corse.

Duree effective du vol: 10H10… en théorie, en lisant la suite vous saurez pourquoi.

Aux abords de Dallas, notre Boing 787 est oblige de faire des ronds avant d’atterrir car il y a une tempete (je ne trouve pas l’accent circonflexe non plus pour mettre sur mon e). Finalement nous atterrissons a Dallas (je ne trouve pas le a avec accent non plus) 15h50 soit 30 mn de retard. Nous avons moins d’une heure pour retrouver nos bagages, il faudra faire vite. Au moins nous avons nos bagages. Nous prevenons Frodo et Scout nos hotes de San Diego de notre probable grand retard. Au terminal de depart nous apprenons que notre vol est annule pour cause de mauvais temps. La tempete fait rage, storm en Anglais (voila un mot appris que je ne suis pas prete d’oublier). On nous trouve un nouvel avion dans 2h. Nous changeons de terminal, et comme l’aeroport de Dallas est un des plus grands du monde, voire le plus grand, c’est toute une histoire de changer de terminal. Nous voila en place mais apprenons de nouveau que ce vol aussi est annule. On nous met en stand-by et devons encore changer de terminal. Finalement Martin obtient son billet… MAIS PAS MOI! Il embarque et je reste la a attendre. Finalement on m’appelle enfin, il etait temps nous ne sommes plus que 3 au sol, et j’obtiens mon siege. Decollage a 10h45 soit plus de 5h d’attente interminables.

A bord je ne cesse de me poser la question; pourvu que nos bagages suivent car avec tous ces changements de terminal il y a de quoi perdre le Nord. Il fait extremement froid et je m’enrhume. Manquerais plus que je tombe malade!

Nous arrivons a 11h35 a l’aeroport de San Diego, recuperons nos bagages et sortons a l’endroit ou un pick-up avec un ponpon jaune doit nous attendre et nous amener chez Frodo et Scout. PERSONNE! Normal vu l’heure, il est minuit passe. Nous sommes obliges de prendre un taxi. Cela nous aura coute un bras: 46 dolllars pour 13 miles (pour memoire, 1 mile = 1.609 km).

Nous arrivons enfin a destination, il est alors preque 1h du mat. La maison est noire, tout le monde dors, normal vu l’heure. Nous faisons le tour de la maison et trouvons les 3 barnums dresses dans le jardin. Pas de place pour nous. Il y a des dormeurs allonges partout meme sur la fausse pelouse, La maison est pleine elle aussi, des dormeurs jonchent le sol, toutes les chambres sont occupees. Nous nous installons tout simplement dans notre duvet, sur un coin de pelouse et envisageons de vivre ici notre premiere nuit a la belle etoile. MAIS c’est sans compter les moustiques. Vite ma moustiquaire de tete et le tour est joue. Je ne dors toujours pas au bout d’une heure. Puis un nouvel element vient perturber ma nuit: la pluie, elle est fine, mais elle tombe sur nos corps meurtris, uses avant meme d’avoir marche sur le chemin. J’essaye de reveiller Martin mais celui-ci ronfle. Je decide de rentrer dans la maison car ma gorge me fait mal, je tousse. Je trouve un canape, le bonheur, le lupanar. Je m’endors enfin vers 3h30-4h du mat. Et la vous vous dites ‘enfin’ elle l’a bien merite.

A 5h15 precise, la maison s’ebranle, s’allume. Il y a des dormeurs reveilles partout avec leurs sac a dos. C’est pour eux le jour du depart sur le chemin et Frodo et Scout leur preparent le petit dejeuner. Je me leve donc et me presente comme etant Sophie la Francaise (je ne trouve pas le c avec la cedille!). Martin est la aussi, il est rentre a cause de la pluie lui aussi. On nous fait monter a l’etage et on nous installe dans une chambre pour dormir sans etre deranges par les randonneurs.

Enfin nous trouvons le sommeil tant desire, la ou Morphe m’attend depuis si longtemps.

Au final, en tenant compte du decalage horaire (9h), en tenant compte aussi du fait que dans la nuit du dimanche 16 avril et du lundi 17 avril je n’ai absolument pas dormi c’est finalement une garde de 72h sans sommeil que je viens de vivre. Quelle aventure usante! Vivement le chemin! Que sois fatiguée, rincée, lessivée au moins pour quelque chose.

 

mardi 18 avril 2017 JOUR 2: Rrrrrrrrrrrrrr!!!!! gnagnagna!!!

Repos bien merite.

 avec Martin dans le jardin

 

 ambiance dans les barnums

cabane dans un arbre du jardin

la petite chaussure voyageuse se repose

nous attendons notre diner

 

mercredi 19 avril 2017 JOUR 3: sur le depart

Nous decidons d’avancer notre jour de depart, sommes prets. Nous partons donc jeudi 20 avril au lieu du vendredi prevu. Tout se passe merveilleusement bien.

Ambiance du jour, il pleut. Tout le monde rentre dans la maison.

JEUDI 20 AVRIL: départ sur le chemin, arrêt au mile 16

Reste du chemin à faire
Arrêt point d’eau
Cette photo spécialement pour les élèves de l’école Jean Ferat: trouver l’animal sur la photo
Sommes nombreux au départ
Enfin le départ

 

VENDREDI 21 AVRIL: du mile 16 au mile 32

Lac Morena
À flanc de montagne

 

SAMEDI 22 AVRIL: du mile 32 au mile 47

 

DIMANCHE 23 AVRIL: journee sans marche, a cause de mon compagnon de marche Martin.

Campgroug a Morena Lake gratuit pour les marcheurs du PCT

 

LUNDI 24 AVRIL: du mile 47 au mile 64

jolie formation nuageuse au dessus de la montagne proche de ma tente
mon bivouac au fond de Chariot Canyon asseche: pas d’eau pour se laver
Le desert en fleur
joli bouquet qui pique
Lever de soleil: il est 6h du mat

 

Toutes les photos qui suivent sont prises au cours de ma journee:

MARDI 25 AVRIL: du mile 47 a la ville de JULIAN. Seulement 13 miles de marche a pieds puis auto stop jusqu’a JULIAN.

Mes pieds sales a l’air le temps de ma pause dejeuner

Je suis seule et bien plus heureuse comme ca. La vie dans le desert est difficile mais si belle. Je fais de formidables rencontres.

 

MERCREDI 26 AVRIL: de JULIAN au mile 93

Je suis dans un jardin naturel de fleurs multicolores et cactus en fleurs: a faire palir le plus granD paysagiste du monde
Bof
Water cache
mon bivouac: je me croyais au calme mais je me trompais: tempete dans la nuit. Je me suis levee 4 fois car ma tente ne tenais pas sous la violence des vents forts. Pas ferme l’oeil de la nuit
Vue depuis mon bivouac
Couleurs du soir

 

JEUDI 27 AVRIL: du mile 93 au mile 109

le mile 100, plus que… miles? Je prefere ne pas compter

 

Apres un paysage de montagnes, changement: alternance de vallees et petits monts

Pour les eleves de la classe de l’ecole Jean Ferrat: a quoi vous fait penser ce rocher? Quand vous aurez trouve, demandez a Nicolas la definition en Anglais. Juste 2 petits mots d’Anglais a apprendre aujourd’hui… a moins que vous les connaissiez deja. Je vous embrasse tous les 26

VENDREDI 28 AVRIL: du mile 109 au mile 127 chez Mike… ah chez Mike!

oui je sais mes chaussures sont sales!
J’en ai vu pleins de serpents, parfois 4 en une seule journee, mais je vous presente ici mon premier serpent a sonnette. Pour les eleves de l’ecole Jean Ferat de Plerin: serpent a sonnette en Anglais cela se dit RATTLESNAKE. Hop encore 1 mot d’Anglais appris,
Chez MIKE’S PLACE. Fonctionne grace aux donnations des marcheurs du Pacific Crest Trail (PCT). Le camping car qui n’a pas roule depuis des annees: ma chambre pour cette nuit
Chez Mike
Peinture faite par des marcheurs pour remercier Mike
hamac chez Mike
encore des hamacs
L’atelier dans lequel cuisine Mike: pizzas cuites au four a bois le soir et breakfast pour le matin
Quelle peut etre la voiture sous bache?
Une autre voiture sous bache dans le garage
ambiance
Brent et Kelley de Chicago essayent de trouver la fuite de mon sleeping tap (matelas). Eh oui, il fallait bien un probleme, une fuite de matelas et c’est l’inconfort assure
La cuisine de Mike
Mike et moi
ouais chouette, mon lit

 

Photos prises au cours de ma journee de marche:

 

SAMEDI 29 AVRIL: de chez Mike (mile 127) au mile 144

Logo du PCT que je dois suivre pour ne pas me perdre
Lezard ou dragon? Toujours est il qu’il s’est laisse prendre en photo sans bouger. Il aime cela on dirait
Sieste post prandiale a l’ombre (enfin le peu d’ombre que je trouve)
Oui je sais! Mes mollets sont sales… autant que mes chaussures
La propriete de Mike perdue au milieu de nulle part

 

DIMANCHE 30 AVRIL: du mile 144 au Paradise Café puis Idyllwild ou je m’arrete de marcher, je repars sur le PCT mardi 2 mai: ravitaillement obligatoire

Lever de soleil depuis ma toile de tente: il est a peine 6h du mat
Il va encore faire tres beau aujourd’hui
Bibliotheque a Walden, registre sur lequel je vais ecrire une pensee, c’est aussi une water cache
A Walden: 2 ecrivains qui font reference dans le mon de la marche: THOREAU et WHITMAN
HE HE 150eme mile… LA FIN APPROCHE hi hi hi
Petite bête dans son trou, grosse comme un cochon d’Inde
Blue bird: je dors ici ce soir avec Brent et Kelley mes nouveaux compagnons de marche
La terrasse

 

LUNDI 1er MAI: repos a Idyllwild

Décor plus Alpin je dirais. De la neige dans les prochains jours dans le massif San Javinto. Il parait qu’il y en a presque jusqu’aux genoux

Architecture typique du coin: maison en rondins et cheminee de pierre sur le pignon exterieur

 

Beaucoup d’escalade dans le coin

Le magasin où j’ai acheté ma nouvelle tente 399$ pfffttttt pas prévu ça

 

Illégal chez nous en France, affiché légalement aux USA

 

Combi à restaurer, c’est pour ceux qui ont la passion
Vu de face pas mieux

Il roule je vous assure

 

Tous les animaux du coin sont représentés sur cette statue de bois: ours, coyote, puma, lynx, vautour, aigle…

 

MARDI 2 MAI: je quitte Idyllwild l’après-midi seulement car mes compagnons attendent un colis vers 14h: pas pressée, il fait bon vivre ici.

Sculptures en fer

 

Un écureuil , pas facile à voir mais il est bien sur la photo

 

La grenouille qui voulait mon chapeau

 

Petites boutiques

 

Petit ecureuil gris joue a cache cache

Au fait j’ai perdu ma petite chaussure voyageuse. J’espere qu’elle s’est trouve un nouveau compagnon de marche sympa qui prend soin d’elle.

Après la petite ville d’Idyllwild me voilà de retour dans le massif de San Jacinto. J’avance dans un paysage plus Alpin en témoigne les hauts sapins. Ça grimpe pendant 3h mais j’arrive à mon bivouac Strawberry Jonction Camp ce qui veut dire jonction de la fraise et le ravissement est total. Je m’installe et suis tout à fait seule perdue dans la forêt en pleine montagne. Je suis au mile 183.J’ai vu un cervidé, pleins de lézards et d’oiseaux. Dans la nuit des marcheurs tardifs arriveront et s’installeront à quelques mètres de moi. Avant de rentrer dormir dans ma nouvelle tente, un oiseau chante merveilleusement bien. Ma nouvelle tente est verte, plus petite que l’autre et parfaite (6 sardines au lieu de 15 pour l’autre). Au fait, j’ai vendu l’autre sur place, mise en vente lundi soir sur le Facebook de mon ami Brent, et vendue dans la nuit. Transaction au Post Office mardi matin. Économies, économies.

Ceci n’est pas une fleur. Il s’agirait d’un champignon… A vérifier, je doute
Mon bivouac Paradis
Bivouac
Trop sombre mais c’est bien moi

 

MERCREDI 3 MAI: du mile 183 au mile 193

Ca grimpe pendant 6 h et en plus la neige freine mon avancée

L’œuvre de mon amie Kelley
On s’amuse comme on peut sur le PCT: une pomme de pin dans les trous et youpi tralala
Premiers pas dans la neige
Arbre creux
Aujourd’hui là haut, demain en bas dans la plaine de Cabazon
Les bénévoles de l’association PCTA ont aménagé des escaliers
Pause déjeuner

JEUDI 4 MAI: du mile 193 à Banning

Après la montagne et la neige hier, la chaleur du désert et les serpents aujourd’hui, j’ai d’ailleurs vu un autre serpent à sonnette, plus petit que celui de l’autre jour, couleur sable.

Il fait 107 degrés Fareinheit c’est-à-dire 41-42 degrés Celcius. Vers 10h30 je commence à être malade: mal au ventre, à la tête. Au point d’eau le plus proche je mets ma tête sous le robinet. Je continue mais ai toujours des nausées. Un moment je rencontre une trail angel nommée Renée qui offre aux marcheurs des fruits frais et boissons fraîches. Je m’arrête et m’assieds sur l’arrière du coffre ouvert. Puis trou noir, je tombe dans les pommes comme on dit, enfin presque: essoufflée alors que je ne marche pas, sueurs, envie de vomir. On m’allonge dans la voiture et on me rafraîchit avec des tissus glacés. 10 mn après cela va déjà mieux. Je pars finalement à la recherche d’un hôtel pour me mettre au frais le reste de la journée. Pas d’hôtel à Cabazon mais à Banning. C’est Renée qui m’y amène ainsi que Brent, Kelley et Tree une compagne de chemin depuis hier.

Dans quoi ça pousse?
Petites fleurs du désert: ça pousse dans si peu de chose
Hier là-haut
Mile 200 hé hé hé j’avance
Longue descente: 6 h pour atteindre la plaine sous plus de 40 degrés
Renée la trail angel et Tree la Chinoise sous son chapeau kaki